Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les 1001 Nuits : préambule

ألف ليلة وليلة : تمهيد للأدب الشعبي و المخيلات العربية-الإسلامية

Envolées fantastiques avant la lettre

Les Mille et une nuits : oeuvre littéraire fictionnelle


Il y a donc comparativement peu de fiction en prose dans la littérature arabe médiévale, bien que de nombreuses oeuvres non-fictionnelles contiennent de courtes histoires. Une large proportion de celles-ci ont probablement été
inventées de toutes pièces ou embellies.
Les contes des Mille et Une Nuits, qui sont parmi les plus connus de la littérature arabe et qui ont
toujours un impact important sur les idées que les non-Arabes ont de la culture arabe, constituent
cependant une exception notable à l’absence de fiction.

Bien que considérés comme d’origine arabe, ils furent en fait développés à partir d’oeuvres persanes, et les histoires elle-même ont peut-être des
racines en Inde. Plus tard, augmentés de contes arabes. Les histoires d’Aladin et la lampe merveilleuse et d’Ali Baba constituent de bons exemples de l’absence de prose fictionnelle
populaire en arabe. Habituellement considérées comme des épisodes des
Mille et Une Nuits, elles ne font en fait pas partie des contes originaux.
Elles y furent incluses pour la première fois dans la traduction française
des contes par Antoine Galland, qui les avaient entendus de la bouche
d’un conteur traditionnel.


Auparavant et durant des siècles, les contes circulaient oralement et changeaient donc partiellement au grè de l’inspiration du conteur public et les zones d’intérêts de son auditoire.Certains n’existaient que dans des manuscrits arabes incomplets. L’autre personnage haut
en couleur de la littérature arabe fictionnelle, Sindbad, provient bien, lui, des Mille et Une Nuits. Les
Mille et Une Nuits sont généralement rangées dans le genre de la littérature arabe épique, au côté
de nombreuses autres oeuvres. Ce sont habituellement des collections de courtes histoires ou
d’épisodes enfilés ensemble dans un long conte unique. Les versions
étendues furent consignées par écrit, la plupart du temps assez
tardivement, après le XIVe siècle, quoique nombre d’entre elles
fussent indubitablement collectées plus tôt et que plusieurs des
histoires originelles remontent probablement à l’époque préislamique.
Dans ces collections on peut trouver de nombreux types
d’histoires différentes telles que : des fables animales, des
proverbes, de la poésie (souvent, hélas des vers de mirliton improvisés), des histoires sur le Jihad et la propagation de la foi, des contes humoristiques, des histoires d’amour avec des scènes parfois salaces mais toujours avec une dose d’humour) des contes moraux, et même des contes
traitant de personnages caractéristiques comme l’escroc rusé Ali
Zaybaq ou le farceur Juha.

Illustrations : photomontages de Lydie Legal

Pour “Les Amphores de Salomon”

Choix du texte arabe et arrangements : Mahfoud Boudaakkar

Traduction : Rani Boudaakkar