Littérature arabe classique : histoire et auteurs antéislamiques (2)

L’email a bien été copié

 

من كبار شعراء الجاهلية
____________________

Al-Nâbigha al-Dhubyânî

النابغة الذبياني

(né vers le milieu du VIe siècle.)

Dubyani est issu de la tribu des Banu Dhubyan, il a vécu près de La Mecque. Il a d’abord été poète de tribu, avant d’entrer à la cour du roi Lakhmide Al-Nu’man Abu Qabus, que Dubyani pleurera dans une élégie devenue célèbre. Suite à quelques vers sur la reine jugés insultants, il est obligé de quitter le royaume avant d’y revenir en 600. Il entre alors dans la cour des Ghassanides où il mène une vie fastueuse.

Kaaba & Mu’allaqât

La date de sa mort est incertaine, mais il semble qu’il ignorait ce qu’était l’islam. Ses poésies sont en grande partie des éloges et des satires sur les Ghassanides, les Banu Abs et les Banu Dhubyan.

La fin de son ode, parfois inclue dans les mu’allaqât, traduite par Jacques Berque, montre l’aspect politique de ce poète :

Voilà!
Ma louange si bellement tu l’écoutes
Ce n’aura pas été, oh non, malédiction !
pour me produire à tes faveurs
Ce n’est qu’une plaidoirie, puisse-t-elle me servir
sinon j’aurais fait pacte avec le malheur !

النصيف :  تعتبر قصيدة النصيف من قصائد النابغة الذبياني في الغزل

سَقَطَ النّصيفُ، ولم تُرِدْ إسقاطَهُ فتناولتهُ واتقتنا باليدِ بمُخَضَّبٍ رَخْصٍ، كأنّ بنانَهُ عنم على اغصانه لم يعقدِ نظرَتْ إليك بحاجة ٍ لم تَقْضِها نظرَ السقيمِ إلى وجوهِ العودِ قامتْ تراءى بينَ سجفيْ كلة كالشّمسِ يومَ طُلُوعِها بالأسعُدِ أوْ دُرّة ٍ صَدَفِيّة ٍ غوّاصُها بهجٌ متى يرها يهلّ ويسجدِ أو دُميَة ٍ مِنْ مَرْمَرٍ، مرفوعة مِن لُؤلُؤٍ مُتتابِعٍ، مُتَسَرِّدِ لو أنها عرضتْ لأشمطَ راهب عبدَ الإلهِ صرورة ٍ متعبدِ لرنا لبهجتها وحسنِ حديثها ولخالهُ رشداً وإنْ لم يرشدِ أهاجك من سعداك مغنى المعاهد ومن قصائد النابغة الذبياني في مدح النعمان بن المنذر:[٢] أَهاجَكَ مِن سُعداكَ مَغنى المَعاهِدِ بِرَوضَةِ نُعمِيٍّ فَذاتِ الأَساوِدِ تَعاوَرَها الأَرواحُ يَنسِفنَ تُربَها وَكُلُّ مُلِثٍّ ذي أَهاضيبَ راعِدِ بِها كُلُّ ذَيّالٍ وَخَنساءَ تَرعَوي إِلى كُلِّ رَجّافٍ مِنَ الرَملِ فارِدِ عَهِدتُ بِها سُعدى وَسُعدى غَريرَةٌ

Hassan ibn Thâbit
حسان ابن ثابت

Poète pré-islamique, converti tardivement à l’Islam, il était aussi compagnon du prophète.

Thabit est né à Médine, au sein de la tribu des Banu Khazraj. Il a voyagé dans sa jeunesse en Syrie, à Al-Hira et à Damas. En Syrie, il parvient à se faire admettre dans la cour des Lakhmides et des Ghassanides. Il est ensuite revenu à Médine au temps de l’hégire où il se convertit à l’islam à l’âge de 60 ans en 622. Mahomet l’avait choisi comme poète, Thabit devait dans cette fonction, défendre l’islam contre les idolâtres.

Il participait souvent à des concours de poésie, et il est parvenu à convertir une tribu entière, les Banu Tamim en sortant vainqueur d’une joute poétique. C’est à lui que sera confié le premier travail pour la récension du Coran. C’est lui aussi qui sera chargé de produire la première version écrite du texte sacré malgré l’état ” primitif ” de l’écriture arabe de l’époque. Il meurt au début du règne de Muawiya en 660.

Maymun-al-aacha

ميمون الأعشى

Maymûn Al-Aacha (590-629)
ميمون الأعشى  est un poète bachique né dans le village de Manfuha.
Ce poète du VIIe siècle est un itinérant, surnommé “La cymbale des arabes”. Quasiment poète professionnel, il est l’auteur d’œuvres qui célèbrent les chefs de son temps, mais le panégyrique du prophète qui lui est attribué ne semble pas authentique.

Il aborde tous les thèmes amoureux, bachiques, guerriers, naturalistes caractéristiques de la poésie de l’époque ; l’une de ses odes est parfois incluse dans la somme des Mu’allaqât. Il meurt en 629 en tombant de sa monture alors qu’il retournait dans la région de Yamâma. Le poème inclus dans les Mu’allaqât, a été traduit par Jacques Berque.

Il commence ainsi :
Adieu, Hrayra
La caravane s’ébranle
Mais es-tu bien, toi, l’homme, capable d’un adieu
Une blancheur au front, les cheveux touffus, les dents pures
précautionneusement elle marche
comme endolorie dans la glaise
son allure quand elle revient de la tente de la voisine
est celle du nuage qui passe ni lent ni pressé
tu entends ses bijoux chuchoter à chaque fois qu’elle se tourne …

Pour les arabisants :

https://ar.wikipedia.org/wiki/%D9%85%D8%B9%D9%84%D9%82%D8%A9_%D8%A7%D9%84%D8%A3%D8%B9%D8%B4%D9%89

 

DILAP

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié