Modernité, traductions et néologismes

العصرنة والترجمة وتقنيات الاصطلاح

Les sciences et technologies avancent si vite que même les “grandes langues” ont du mal à nommer les choses au fur et à mesure de leurs apparitions. La langue arabe pourtant arrive à “tirer son épingle du jeu”, malgré les retards technologiques constatés dans les pays arabes.

En arabe moderne, chaque jour apporte son lot de néologismes plus ou moins efficaces, plus ou moins convaincants ou adaptés; mais le fait est que la langue révèle un dynamisme étonnant en la matière…

 

Cela est dû bien sûr au dynamisme des sociétés arabes en pleine ébullition dans tous les domaines (grâce notamment à une presse enfin libérée des jougs étatiques); mais surtout à nature de la langue arabe elle même, du fait de son architecture d’ensemble, notamment le système des radicaux, celui des dérivations et enfin celui des schèmes verbaux et nominaux.

Le seul problème (ou peut être avantage ?) est que le monde arabe ne possède pas une académie unifiée à la manière de la France. Résultat, dans chaque pays on se débrouille comme on peut et il arrive très souvent que, selon les pays, une même nouveauté porte un nom différent.

Il se trouve que, grâce aux médias nouveaux et à la “mondialisation de la communication”, il s’opère une sorte de sélection naturelle, comme dans le monde du vivant : le mot le mieux adapté de par la forme et le contenu fini par être adopté et donc à s’imposer jusqu’à rentrer dans les dictionnaires…

N’ayant donc pas de “centre unificateur”, plusieurs tendances partagent les traducteurs :

1- Les emprunts directs

C’est la solution de facilité qui consiste à prendre le terme anglais ou français tel quel en se contentant de le transcrire. Exemples :

Protocole بروتوكول Diplomatie دبلوماسية تكنولوجيا Technologie

Microphone ميكروفون Scénario سيناريو Décore ديكور Maquillage ماكياج

 
Mais déchiffrer des mots étrangers transcrits en Arabe est souvent une aventure ! On n’est pas toujours certains de retrouver la version originale et la transparence n’est pas garantie. Qui n’a pas peiné à retrouver dans un roman égyptien ce que pouvait bien vouloir dire المينى  ? ( noté selon l’usage égyptien sans les points sous le ي ). Ou alors le mot البيكينى    ? ( non ce n’est pas un pékinois !). On croît connaître les règles mais elles sont malmenées par l’usage. Sans parlers des noms propres méconnaissables : ainsi Munich se dit et s’écrit en Arabe ميونيخ prononciation censée être proche de l’original (München).

2- Les “puristes”

 
Une deuxième école plus « puriste » cherche dans les racines arabes le terme le plus approprié pour en sortir un mot nouveau, ”  authentiquement ”   arabe. On lui doit des termes tels que :

 Institut de technologie

معهد فني

 Fusée صاروخ  Hélicoptère مروحية  Autobus ناقلة /حافلة

 

 Locomotive قاطرة  Ordinateur حاسوب  Téléphone هاتف
3- Les consensuels

Une troisième tendance, à la fois exigeante et astucieuse (et qui semble faire école) recherche des racines arabes, mais privilégie celles qui ont une consonnance proche du terme français ou anglo-saxon qu’on veut traduire. Le terme est passé à la “moulinette” des schèmes disponibles. Ce processus a donné des termes comme  تقني (technique), à partir de la racine   تقن et du verbe dérivé  أتقن (perfectionner). Nous trouvons aussi avec le même procédé : مكننة  (mécanisation) à partir de la racine مكن

4- Les inventifs 

Enfin, une 4 ème école ne rechigne pas à emprunter des termes occidentaux en les arabisants réellement. On lui doit quelques mots à succès qui font aujourd’hui l’unanimité dans le monde arabe.   تلفزة (télévision), poste de télévision:   تِلفاز

5- Les autres procédés
Le dynamisme de la langue arabe est certainement dû à de nombreux facteurs complexes et imbriqués. Le principal atout restant le système original de dérivation propre à l’Arabe. Plusieurs procédés sont mis à contribution, mais il apparaît que certains schèmes verbaux et nominaux sont plus représentés que d’autres. Curieusement, le schème le plus utilisé se trouve être l’un des moins fréquents en Arabe classique.
Citons en vrac :
 Modernisation عصرنة  Mondialisation عولمة  Programmation برمجة  خوصصة/خصخصة Privatisation

D’autres procédés existent. Par exemple dans معلوماتية (informatique) on part d’un participe passif qui est mis au pluriel pour aboutir à un terme féminin singulier.
إحصائيات (statistiques) part d’un masdar pour donner un nom féminin pluriel en passant par la nisba !
سيناريو – ستوديو font leur pluriels en ستوديوهات – سيناريوهات à la manière du pluriel أمهات .

L’email a bien été copié
 
L’email a bien été copié
 
L’email a bien été copié
_________________________________________________________________
Mahfoud Boudaakkar
Septembre 2017
___________
Copyright: Editions DILAP, 2017/2020
L’email a bien été copié
 
L’email a bien été copié
 
L’email a bien été copié
 
L’email a bien été copié