Cultures et langues arabes en France: initiatives citoyennes

L’association Beyti

pour faire pétiller les cultures du monde arabe

avec les enfants de l’agglomération grenobloise


L’email a bien été copié

 

Par Dounya Moussali
L ’Association Beyti Ma Maison : un rêve devenu réalité

L’idée d’un centre culturel pour les enfants dédié aux cultures du monde arabe est née le lendemain d’un trajet Alger-Paris-Grenoble. J’en ai d’abord parlé comme d’un rêve et de nombreuses personnes m’ont affirmé qu’il fallait le réaliser, et quelques unes se sont montrées prêtes à prendre part au projet ou à le soutenir activement. Trois mois plus tard, en janvier 2014, l’association Beyti naissait avec 8 membres fondateurs et 4 membres d’honneur : une belle équipe de spécialistes du monde arabe et/ou pédagogues expérimentés et/ou habiles monteurs de projets, tous animés par l’envie de monter des ateliers et spectacles de qualité pour permettre aux enfants (4 à 12 ans) de découvrir le monde arabe avec un regard curieux, enthousiaste et prêt à décoller des poncifs.

Après 5 ans d’itinérance, l’association Beyti a enfin sa maison, un local municipal en plein cœur du quartier St Bruno à Grenoble, où nous recevons le public dans nos salons (la maison de la mer et la maison des olives) ou dans nos jardins-patios.

Objectifs et initiatives de l’association Beyti

Beyti veut dire « ma maison » en arabe, et notre objectif est que les enfants se familiarisent avec les cultures du monde arabe au point de s’y sentir chez eux.

Nous proposons des ateliers thématiques ponctuels ou cycliques qui permettent aux enfants d’entrer dans le monde arabe par les arts plastiques et appliqués, la musique, la danse, le sport, la cuisine, l’art de vivre, l’architecture, le cinéma, le cirque, les sciences ou la littérature populaire… Les enfants explorent à chaque occasion une pépite culturelle qui les immerge dans le quotidien des régions concernées, de manière très référencée mais sans brider l’imagination et la pensée.

A ce jour, nous avons créé 48 ateliers ponctuels et 8 ateliers cycliques qui balisent le monde arabe du Maroc à l’Irak.

S’y ajoutent nos animations, adaptables en plein air ou en intérieur, qui sont autant de trempettes festives dans le monde arabe :

– la malle à déguisements « Tarbouche et babouches » pour les carnavals ;

– « Studio Beyti » pour se faire tirer le portrait sur un fond évoquant un monde arabe décalé ;

– la déambulation contée arrosée de thé à la menthe « Guerrâb, conteur d’eau » ;

–  la « Journée des Tapis » où les voisins lavent ensemble leurs tapis dans la fontaine du quartier et profitent d’ateliers, lectures et concert sur le thème du tapis le temps du séchage ;

– le « Grand repas à St Bruno » où les habitants cuisinent puis mangent ensemble (Beyti prend en charge les enfants) ;

– « L’heure du pêcheur » : partie de pêche à la ligne qui commence par un conte célèbre des Mille et Une Nuits et finit par des sandwichs à la sardine !

Enfin nous programmons des spectacles tout public :

– Le Conte de Beyti, conte musical en français truffé d’arabe, créé dès le démarrage de l’association ;

– Les épopées d’Alif, grands récits épiques et légendaires arabes contés au café !

– Yâ Qamar ! Florilège de contes berbères et arabes sur le thème de la lune ;

– Visite au Hammam : un conte égyptien des Mille et une Nuits illustré par un voyage photographique dans des hammams du monde arabe.

– La Porte des Livres : lectures musicales et imagées en lange arabe pour découvrir la littérature jeunesse.

– Films à Beyti (pour ados et adultes) : sélection de films du cinéma du réel pour parcourir le monde arabe

– Concerts « Sous l’arbre » à la découverte d’instruments ou de genres musicaux du monde arabe.

Et bientôt, des immersions sonores, des journées à thème, des promenades contées…

La matière et l’esprit des ateliers de Beyti

Chaque atelier, chaque spectacle, s’insère dans une rencontre à ricochets : d’abord avec une personne ayant une envie à partager, puis avec les enfants, puis avec les parents et des partenaires.

Tout part de l’attachement d’une personne à une expérience qu’elle vit ou a vécue dans le monde arabe, ou à un savoir-faire lié à des pratiques culturelles du monde arabe. Nous n’avons pas de liste préétablie des thèmes à aborder, tout est possible tant que c’est consistant, source de plaisir et de connaissance. Cette personne arrive à Beyti avec son idée et alors une équipe de 3 personnes au moins conjugue ses compétences pour concevoir une séance de partage avec les enfants qui découvrent, expérimentent et s’approprient ce qui leur est proposé.

Nous apportons aux enfants des matériaux, des instruments, des aliments, des techniques… dont ils s’emparent en suivant leur « guide » qui distille au fil de la séance des informations concrètes sur le contexte, les origines et la vocation de l’élément culturel abordé. Les enfants doivent savoir précisément de quoi il retourne sans que leur liberté d’interprétation ne soit entravée. Ce que nous leur transmettons leur appartient, ils peuvent le transmettre à leur tour.

Les concepteurs pédagogues et les artistes maîtrisent leur thème, mais les séances ne sont ni scolaires ni érudites, tout enfant doit pouvoir se prendre au jeu !

A quel public s’adresse Beyti ?

Aux ateliers ponctuels et aux spectacles, nous recevons beaucoup d’enfants de familles sensibles à l’interculturel, avec un intérêt soutenu d’enfants de couples dits « mixtes », déjà relativement avertis mais désireux d’approfondir ou d’élargir, qui côtoient des enfants pour qui Beyti est le premier passage vers le monde arabe.

Aux ateliers périscolaires (en école primaire ou MJC) et lors des animations de rue, nous touchons des enfants de quartiers populaires. Pour certains, la matière de Beyti peut avoir un air de déjà vu, mais ils sont passionnés quand ils y regardent de plus près. Toucher ce public là nous est une gageure qui nous tient à cœur, pour que Beyti ne soit pas réservée aux privilégiés, et pour qu’elle contribue à combler le manque ressenti par des familles éloignées de leurs racines.

L’accès aux cultures du monde arabe via Beyti est destiné aux enfants qui les vivent au quotidien autant qu’à ceux qui n’y connaissent rien (excepté l’atelier périscolaire Kalima qui s’adresse aux enfants apprenant l’arabe dès le primaire).

Depuis peu, nous diffusons la matière de Beyti au delà de l’agglomération Grenobloise grâce aux tutoriels téléchargeables gratuitement sur le site de Beyti ou sur Wikipédia, afin que l’on puisse « faire du Beyti » n’importe où !

Beyti, la culture, la religion et la politique

L’islam et sa perception ne sont pas en soi un enjeu à Beyti, c’est un héritage du monde arabe parmi d’autres, que nous abordons si le thème traité le nécessite, avec une approche culturelle et non cultuelle (il en va de même pour le judaïsme ou la chrétienté arabes). Beyti s’attache plutôt à mettre en lumière ce que la prépondérante question de l’islam occulte souvent, à faire connaître le monde arabe dans l’immense diversité de ses réalités.

Les cultures du monde arabe sont globalement méconnues, mésestimées, envisagées de manière réductrice ou fantasmée, erronée. Il n’y a pas lieu de maintenir ces trésors à distance ni à l’inverse d’en faire sa chasse gardée, car le passé et le présent de la France font que ces cultures sont là, à portée de main, alors autant en profiter tous ensemble ! Et n’y voyez pas un slogan bien-pensant, c’est une vraie bataille culturelle dans laquelle l’équipe pluridisciplinaire et multi-nationale de Beyti s’engage à sa petite échelle, aux côtés et à la suite d’autres acteurs.

Le projet de Beyti est clairement sous-tendu par la volonté d’abattre les cloisonnements, de désamorcer les replis sur soi et de relever quelques petites têtes dont l’amour propre est mal mené.

Mais nous nous abstenons de surfer sur la vague des actualités et restons concentrés sur notre objet :  partager avec exigence et ouverture les cultures du monde arabe avec les enfants, tous les enfants, quels qu’ils soient, sans communautarisme ni nationalisme ni esprit partisan.

 

Beyti Ma Maison: la vie au fil des jours


 

Quand je me suis retrouvée en maillot de bain debout sur la dalle centrale, brandissant ma tassa de Tunis d’une main et ma loffa de Baalbek de l’autre, entourée de petites paires d’yeux écarquillés dans la brume du hammam… J’ai réalisé que j’étais prête à tout pour Beyti ! (Atelier Hammam H2O)

La première séance de Darbatook dans le patio de Beyti, avec les bendirs, les t3arij et les derboukas, les tabilat, le tbal et les qarqabou… J’avais tellement envie de ce que j’entendais et voyais qu’il fallait que je me pince pour y croire. (www.darbatook.org)

Le jour où l’eau de rose, faite par les enfants avec le qattar et la colonne à distiller, a embaumé toutes les pièces de Beyti. Je crois vraiment n’avoir jamais senti ce parfum si fort et il n’en restait pas moins délicat. (Atelier La Chimie d’Al-Kindi)

En voyant ma poupée en tissus Aïcha a abondamment parée par les enfants de tous mes bijoux berbères, et de tous ceux de mes amies. J’étais l’adulte et l’enfant en même temps. (Atelier Abzim)

Les heures à écrire les contes pour les ateliers ou à dessiner-colorer pour les affiches. Promenades réconfortantes dans mon jardin – monde arabe sensible.

Le stand de confection de Ka3ber l-louz à la fête des Tuiles, avec ces dizaines d’enfants qui passaient par là et s’arrêtaient à pétrir, parfumer, colorer, rouler puis offrir leurs boulettes de pâte d’amande. C’était bon, y en avait partout, de toutes les couleurs, on était tous tellement CONTENTS ! (Atelier boulettes bellouz)

La première soirée « Beyti dance » dans nos locaux avec l’incroyable équipe qui porte l’association. Les vibrations, le feu !

_____________________________________________________________________________

Voir aussi:

EDITIONS DILAP

Copyright 2021

 

En collaboration avec Beyti Ma Maison

 

 

 

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

(60)