Aux origines de l’astronomie, les Arabes?

Aux origines de l’astronomie

أصول علم الفلك

        Préambule            

Bien entendu, les savants arabo-musulmans n’ont probablement pas été les premiers et encore moins les seuls à avoir nommés les étoiles. Les étoiles ont toujours fasciné toute l’humanité.

Pour rire de la chose, on pourrait imaginer même l’Homme de Crô-Magnon accompagné de sa compagne , sortant de leur grotte un soir éblouis par la beauté du ciel et donc des étoiles en train de leur donner des noms pour se les rappeler.

  • Oui d’autres grandes civilisations ont fait leur propre lecture du ciel et des étoiles avec très probablement des nomenclatures différentes. Nous ne savons pas encore qu’elles étaient les connaissances (ou les croyances) des arabes en matière d’astronomie avant l’arrivée de l’Islam. Sujet à creuser… Mais parions déjà que les bédouins, bien avant l’Islam, traversant le désert faisaient déjà leur propre lecture du ciel. Avaient leur propre « cartographie céleste » mentalement, ne serait-ce que pour s’orienter ! Tout comme Monsieur Crô-Magnon et sa compagne, les Incas, les Chinois, les Egyptiens, les Grecs, les Africains etc…
  • il se trouve que, de notoriété scientifique et universitaire , ce sont les savants arabo-musulmans qui ont sauvegardé les traités héllènistiques (grecs) en les traduisant , puis établi entre autre le système des constellations , dressé des cartes du ciel et donné leur dénomination donc à plus de 200 étoiles.

Cette nomenclature, d’origine arabe , latinisée, francisée, anglicisée est toujours de mise universellement chez les plus grands scientifiques du monde .

Probablement un hommage des savants occidentaux aux grands scientifiques arabo-musulmans du Moyen-Age arabe.

Comment l’astronomie est passée chez les Arabes?

En fait, l’astronomie est probablement une des plus anciennes des sciences découvertes par l’humanité. Ses origines au-delà de l’antiquité, grâce aux pratiques religieuses dès la préhistoire.

 Cette science consiste à observer les étoiles et cherche à expliquer leur origine, leurs « mouvements »  dans le ciel mais aussi aussi l’influence qu’elles auraient  directement ou non sur la vie de tous les jours : les crues, les marées, les tempêtes… Certains phénomènes exceptionnels (éclipses, comètes, étoiles filantes , etc.) étaient pour certains des événements majeurs dans le rythme de vie de la communauté comme les saisons et pour d’autres cela donnait la possibilité de mieux faire avancer les connaissances afin de mieux comprendre ce qui se passe dans le ciel. 

Le terme terme astronomie vient du grec : ἀστρονομία (ἄστρον et νόμος) ce qui signifie loi des astres.

 Certaines civilisations des périodes préhistoriques avaient déjà compris le caractère périodique des équinoxes, par exemple et sans doute leur relation avec le cycle des saisons. Quelques constellations avaient déjà été repérée. Mais c’est grâce au développement des mathématiques chez les grecs depuis l’antiquité et à l’invention d’instruments d’observation à la fin du Moyen-Age que l’astronomie a pu se développer. L’astronomie a été pratiquée pendant plusieurs siècles parallèlement à l’astrologie, mais depuis le siècle des lumières et la redécouverte de la pensée grecque on a commencé à faire  la distinction entre la raison et la foi, si bien que l’astrologie n’est plus pratiquée par les astronomes de nos jours.

L’astronomie chez les savants grecques de l’antiquité

C’est dans les odes poétique grecques que nous trouvons la principale source sur les premières conceptions des phénomènes célestes : Homère,Hésiode.

Les penseurs grecs ont bénéficié des connaissances astronomiques et des méthodes d’observation chaldéennes, très en avance sur les leurs. Les connaissance grecques sur les étoiles étaient lacunaires Cette transmission s’opéra de manière progressive.  L’appréciation de ce qu’ils doivent aux Babyloniens demeure pour cette raison imprécise. La destruction des livres d’astronomie considérée comme science profane aux premiers siècles de la Chrétienté a fait disparaître un grand nombre d’écrits astronomiques et nous a privés de très nombreux renseignements en la matière.

L’astronomie chez les Arabes

C’est avec la conquête musulmane que va s’effectuer renouveau de la discipline. Aussi bien pour la navigation que pour l’orientation dans le désert, les Arabes  avaient besoin de données précises. De fait, l’astronomie arabe est dérivée de l’astronomie indienne., L’astronomie arabe s’est développée grâce à un système de numération perfectionné. Dans le nouvel empire et la nouvelle civilisation qui allaient s’installer, les plus grands savants étaient souvent des astronome de cour, mathématiciens ou médecins. Les savants arabo-musulmans ont surtout développé l’astrométrie : des observations précises du ciel étaient régulièrement effectuées (dans un but d’abord astrologique, même si l’islam voyait d’un mauvais œil les tentatives de prédire l’avenir, et interdisait la pratique de l’astrologie). Un nouveau catalogue des étoiles fut dressé dont les noms ont finalement supplanté leurs prédécesseurs et sont toujours en usage .

Des noms à faire rêver

Acamar : آخر النهر (ʼĀkhir ān-nahr) signifiant « l’embouchure de la rivière ». Achernar : آخر النهر (Akhir al Nahr) parfois orthographié Akhenar, voulant dire « fin de la rivière ». Achird : de ‘áchir signifiant « dernier, extrémité ». Acrab : ‏‫العقرب‬ (al-ʿaqrab) signifiant « le scorpion » (c’est une étoile du Cancer). Acubens : الزبانى (Az-Zubana) signifiant « la pince ». Adhafera : الضفيرة (Ad-Dafirah) signifiant « la boucle ». Ain : عين (‘Ain) signifiant « œil ». Albali : البالع (albāli‘) signifiant « l’avaleur ».  

Albireo : ce nom apparait en Europe à l’époque de la Renaissance à la suite d’une succession d’erreurs, et de mauvaises interprétations, ayant pour origine le nom grec de la constellation, translittéré en arabe, puis réinterprété de façon erronée en latin. Il ne correspond à aucun mot arabe.Alchiba : ‏الخباء (Al-Khiba’) signifiant « la tente ».

Aldébaran : ‘الدبران’ (Al Dabarān) Le suiveur (des Pléiades) Alnilam : النظام (An-Niżām) de نظم (nażm) qui signifie « rang de perles ».

Alnitak : an-nitaq, « la ceinture » Altaïr : النسر الطائر (al-nasr al-taʾir) qui signifie « l’aigle en vol ». Le nom arabe apparait avant les traductions des ouvrages grecs. L’origine est probablement sumérienne ou babylonienne, pour ces peuples Altaïr était « l’étoile de l’aigle ». Ancha: أنقاء (anqa) qui signifie «hanche »1[réf. insuffisante]. Cette étoile fait partie de la constellation du Verseau. Comme d’autres étoiles arabes (Ain, Deneb, Alnitak, Mintaka, Mirach, Rigel), Ancha tire son nom du vieux jargon anatomique arabe.[réf. nécessaire]Bételgeuse : de يد الجوزا, yad al-jawzāʾ, « main de al-jawzāʾ », transcrit avec une erreur de lecture de diacritique au Moyen Âge en Bedalgeuze, puis à la Renaissance en Bételgeuse. Le terme arabe est ancien et date d’avant la traduction des ouvrages grecs par les astronomes musulmans.

Dans sa traduction de l’Almageste de Ptolémée, l’astronome Al-Soufi en a consigné la plupart dans son Livre des étoiles fixes . D’autres informations peuvent être récoltées parmi les zijes.(Informations Wikipedia)

 
 
 
 

(103)