Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Villes arabes: entre mythes et réalités.

IRAM, la ville aux Mille Colonnes

إرمة ذات العماد

Un mythe qui débride les imaginations

Iram, appelée aussi Ubar est mentionnée dans le Coran, d’anciens écrits et dans la tradition orale comme étant un important centre commercial du désert du Rub’ al-Khâli  الربع الخالي, situé dans la partie sud de la péninsule arabe. On estime qu’elle a existé de 3000 ans avant JC  jusqu’au ier siècle. La cité disparaît dans le monde moderne et n’est plus évoquée que dans quelques légendes.

Le Coran dit qu’Iram fut bâtie par la tribu des Âd  عاد, arrière-petits-enfants de Noé. D’après le Coran, c’était alors une ville riche et décadente, dont les habitants polythéistes, pratiquaient les sciences occultes  سحر. Son roi, Shaddâd, refusa de prendre en compte les avertissements du prophète Houd  et Allâh  détruisit la ville en l’enfouissant sous les sables, la transformant ainsi en véritable Atlantis  des sables. Ils furent détruits par un vent mugissant et furieux.

L’histoire de cette ville fut transformée en légende et parvint à la civilisation européenne avec la traduction des contes des 1001 Nuits .

La ville du Prophète Houd ?

Selon l’historien In Khaldoun, les commentateurs auraient mal interprété la sourate al-Fajr. Selon Ibn Khaldoun, aucun commentateur ni chroniqueur n’a fait allusion à cette ville, pourtant les routes du Yemen  sont parcourues par les guides. L’imagination des commentateurs du Coran s’est exercée à partir de considérations grammaticales : puisque le mot Iram a pour épithète “celle des piliers” et que imad est pris dans le sens de “colonnes”, il s’ensuit qu’Iram ne peut désigner qu’un édifice.

Dans le Coran, il est dit :

Al-Fajr, verset 8 :

الَّتِي لَمْ يُخْلَقْ مِثْلُهَا فِي الْبِلَادِ

“dont jamais pareille ne fut construite parmi les villes”.

Du mythe à l’histoire

Iram, l’Atlantis des sables

Plusieurs découvertes récentes ont ressorti Iram du monde du mythe pour celui de l’Histoire.

La première découverte fut celle de tablettes dans les archives d’Ebla  qui mentionnent explicitement le nom d’Iram. La seconde provient de l’étude effectuée par des archéologues  de photos du Golf Persique  prises en 1984. Ces photos montrent clairement plusieurs traces de villes détruites tout le long de la route de l’encens.  L’une d’entre elles, à l’extrémité Est d’Oman  est une ville nommée Ubar, qui est généralement identifiée comme étant Iram.

Au début des années 1980, un groupe de chercheurs s’intéresse à l’histoire d’Ubar. Des fouilles permettent ensuite de mettre au jour une forteresse servant à protéger la route et surtout un point d’eau sous la forme d’une vaste caverne située sous la forteresse.

Le fait est que le mythe l’emporte largement sur l’histoire.

Iram est une ville omniprésente dans les esprits, les imaginaires … et les contes !

Les 1001 Nuits regorgent d’histoires qui renvoient constamment à la ville aux mille colonnes.

Dans le conte que nous citons, « Les Amphores de Salomon », le roi Moussa qui conduit une expédition à la recherche des fameuses amphores de Salomon, tombe sur son passage, sur une étrange ville qui ressemble fort à l’image que l’on se fait d’Iram.

Mais une ville figée, pétrifiée :  مسخوطة  !

Les personnages, pratiquement vivants sont figés dans leurs gestes : qui en train de rendre sa monnaie à un client, qui en train de terminer le rasage de barbe d’un autre ou le couturier en train d’essayer de convaincre une belle cliente…

Voir notre article :

Biliographie Wikipedia :

Dans la légende contemporaine, cette ville est citée dans l’œuvre de Howard Phillips Lovecraft se trouvant être la Cité sans Nom.

Cette légende a également probablement inspiré Frank Herbert dans son roman Les Enfants de Dune.

Le roman Tonnerre de Sable de James Rollins situe son action autour d’Iram et de ses mystères.

Le roman de Daniel Easterman, Le Septième Sanctuaire, a pour cadre Iram, la ville aux mille colonnes.

Dans le roman Les Puissances de l’invisible de Tim Powers, le héros Andrew Hale rencontre le surnaturel dans les cratères de Wabar, là où T. E. Lawrence et St. John Philby sont passés avant lui.

Dans la bande dessinée L’Histoire secrète, Iram est décrite comme la ville mythique, la cité de Kor, recherchée par les Archontes pour l’immense pouvoir qui y serait caché.

Dans le jeu Uncharted 3 (PlayStation 3 et 4), Iram est la destination principale du personnage Nathan Drake.

Khalil Gibran lui consacre un long poème intitulé ” Iram, cité des hautes colonnes “.