Presse arabe, médias nouveaux, Télévisions

Médias nouveaux, Télévisions, presse numérique…

________________________

C’est lors de la guerre en Afghanistan en 2001 que l’opinion publique mondiale a découvert, ébahie, l’existence d’une chaîne transnationale d’information arabe, Al-Jazeera. Deux ans plus tard, sur le terrain irakien cette fois, elle se familiarisa avec d’autres networks arabes tels que Abou-Dhabi TV, Al-’Arabiya ou LBC-Al-Hayat. Pourtant les chaînes panarabes ne sont pas nées hier : elles apparaissent au cours des années 1990, peu après la guerre du Golfe. L’espace médiatique arabe s’est alors transformé de façon radicale pour mettre en compétition une pluralité d’acteurs : télévisions

hertziennes ou satellitaires, nationales, panarabes ou étrangères, publiques ou privées, généralistes ou thématiques, qui se sont multipliées de manière exponentielle et en un temps record. Une lutte d’influence est en cours pour capter l’audience arabophone : à côté des chaînes arabes, une chaîne américaine arabophone, financé par le Congrès, Al-Hurra (« La Libre ») a été lancée en 2004. La France n’est pas en reste avec notamment France 24 :https://www.france24.com/fr/infocontinu.

Chute du mur de Berlin, guerre du golfe et presse arabe

Pour les médias arabes: l’ouverture

L’émergence de chaînes satellitaires arabes puissantes, vite relayées par la toile, bien équipées, avec du personnel très bien formé professionnellement avant et durant cette seconde guerre a permis enfin d’allumer de sérieux contre-feux par rapport à l’hégémonisme à la fois des chaînes étatiques et des médias occidentaux et surtout américains.

https://www.alarabiya.net/ La presse écrite privée n’est pas en reste : le journal al-Ahrâm tire en Egypte à plus de 600 000 exemplaires ; en Algérie, une bonne dizaine de journaux indépendants tirent à plus de 100 000 copies (l’Algérie qui comptait plus de 95% d’analphabètes à l’indépendance !). Le Liban a retrouvé peu à peu la presse libre et dynamique qui faisait son prestige jusqu’à la guerre civile au milieu des années 70. Au Maroc, l’essor de la presse écrite est évident, avec des espaces de libertés nouveaux depuis l’accession au trône de Mohammed VI. Il y a évidemment aussi la presse arabe publiée à Londres, ach-Charq al-Awsat, al-hayât, al-Wassat et d’autres titres largement diffusés dans le monde.

http://english.ahram.org.eg/ Les saoudiens ont été les premiers à financer une télévision par satellite afin d’étendre leur influence dans le monde arabe. Basée à Londres, MBC a bénéficié du savoir-faire des producteurs britanniques, mais aussi des meilleurs journalistes du monde arabe, maghrébins et mashrékins, attirés par des salaires et des conditions de travail qu’ils ne trouvent pas dans leurs pays. Aujourd’hui, peu d’observateurs occidentaux connaissent l’existence de MBC et son impact sur le paysage audio-visuel arabe, tant elle a été supplantée par l’irruption de la chaîne al-Jazîra, puis al-Arabiyya, sans parler des chaînes nationales  » officielles « , désormais présentes sur les satellites.

Presse arabe et journaux en ligne

La plupart des sites arabes en ligne consacrent une page de presse qui rend compte 24 h/24 des actualités arabes et internationales. On y trouve des informations locales concernant chaque pays arabe, ainsi que des nouvelles, des chroniques et des articles classés dans des rubriques spécifiques : politiques, économiques, culturelles, sportives, etc. Vous trouverez ci-après la plupart de ces sites accessibles par le Net.

Bab http://www.bab.com/index3.cfm

Middle East Online http://www.middle-east-online.com/

Aljazeera http://www.aljazeera.net/

Lire l’étude proposée par CNRS Editions

https://books.openedition.org/editionscnrs/2360

 
 
 

(86)