Lecture du Coran: difficultés orthographiques et syntaxiques

Coran: évolution de l’orthographe et difficultés de lecture

__________________________________

Choix des sourates et commentaires: Mahfoud Boudaakkar

Documentation et réalisation graphique: Rani Boudaakkar

 

Rappels historiques:

Recension de Abu-Bakr et vulgate de uthmân

Examinons brièvement quelques vérités historiques admises par les historiens et les savants musulmans :

1- La mise en écrit du Coran selon la tradition musulmane

Selon cette tradition, le prophète faisait apprendre par coeur la parole divine à des huffâdh(s) (croyants dotés de mémoire indéfectible) et faisait mettre par écrit la parole divine sur les supports disponibles à l’époque : pierres, feuilles de palmier, peaux séchées…la version actuelle du texte sacré ce serait faite en trois phases A- B -C :

A- Le Coran à l’époque du premier Calife Abû Bakr (632-634)

La mort de nombreux compagnons du prophète connaissant le saint Coran par coeur lors des « hurûb ar-ridda » (guerres contre les apostats) qui avaient éclaté dès le débuts du règne du Calife Abû Bakr a poussé ce dernier à une première « récension » du Coran en vue de le rassembler en un livre unique de « référence », afin d’éviter sa disparition. La tâche fut donc confiée à un jeune compagnon qui appartenait aux groupe des « huffpadh(s) » les plus fiables , Zayd ibn Thâbit.

B- Le Coran à l’époque du troisième Calife ‘Uthmân (643-655)

Au début de son califat, le territoire musulman s’étend déjà jusqu’au Maghreb et sur une partie de l’Asie. Ce nouvel empire, gigantesque, regroupe des peuples et des cultures différentes, avec bien entendu des langues différentes (persan, copte, berbère… voir notre article Langue et pouvoir). Pour éviter la dispersion du texte sacré, le calife chargea alors de nouveau Zayd ibn Thâbit de constituer une commission pour achever le travail commencé sous le règne d’Abû Bakr, de réaliser plusieurs copies dont il expédia des exemplaires dans les principales villes de l’empire : la Mekke, Bassora, Coufa et Damas.

La version établie par la commission présidée par Zayd ne présentait –toujours selon l’aveu des savants musulmans sunnites traditionnistes- aucun signe diacritique ni symbole-rappel de voyelle brève ou longue. Donc sans doute le texte se présentait sans points, sans voyelles brèves et avec une instabilité totale de la hamza et de la voyelle longue alif comme nous le verront plus loin…

C- Introduction des points et signes diacritiques

Toujours d’après la tradition, le besoin d’améliorer l’orthographe pour faciliter l’accès au Coran aux nombreux nouveaux peuples non arabes entrés en Islam se fait surtout sentir au 7ème siècle où les points furent introduits avec des signes diacritiques (voyelles brèves, redoublement de consonnes, rajout de Alif (s) diacritique etc…).
Ce travail d’amélioration de l’écriture arabe se serait prolongé même jusqu’au 9ème siècle.

Dans cet article, nous proposons quelques sourates (toujours les plus courtes, par soucis pédagogique) avec :

  • La transcription moderne qui est donc en cours dans les manuels scolaires par exemples
  •  la transcription ancienne, celle officielle (et devenue « sacrée »).
  • Cela permet de monter à quel point l’orthographe a évolué et de mesurer les difficultés de lecture que pourrait avoir n’importe quel lecteur, non familiarisé avec la vulgate dite de Uthmân, en circulation dans le monde entier.

Ecriture de la hamza : orthographe coranique et moderne

  • Les différences orthographiques relevées ici le sont déjà dans les plus grands ouvrages d’exégèse avec l’accord des plus hautes autorités musulmanes dont la prestigieuse université d’Al-Azhar, en Egypte.
    Cet inventaire –non exhaustif bien sûr- ne porte que sur les cas de différences orthographiques les plus récurrents.
    Avertissement : Sur certaines des images, nous avons du, pour des raisons pédagogiques, oblitérer des parties de texte pour ne garder que celles en rapport avec le point étudié.

L’écriture de la hamza est l’une des difficultés majeures en écriture arabe. Aussi bien en tant que graphème (lettre), qu’en tant que phonème (son).

En effet, en tant que « lettre », elle ressemble plus à un signe diacritique et ne figure même pas dans de nombreux alphabets classiques! Par ailleurs, elle se retrouve rarement toute seule « dans le corps du mot: elle a besoin d’un suppport , qui peut être Alif, Waw ou « nabra » (Alif ou maqsûra, ou ya sans points).

L’écriture de la hamza est abordée en détails dans nos cours en ligne gratuits; suivez ce lien:

Cours d’Arabes en ligne. Gratuits. Initiation à l’écriture arabe. Leçon 05

Voici quelques exemples de versets où apparaît la hamza. Nous donnons colonnes de droite le N° de la sourate et celui du verset.

Orthographe coranique

Orthographe moderne

Verset

Sourate

أَرَأَيْتَ إنْ كَذّبَ وتَوَلّى 13 96
وَلَلآخِرَةُ خَيْرٌ لَكَ مِنَ الأُولى 4 93
أَلَمْ يَجِدْكَ يَتِيمًا فَآوَى أَلَمْ يَجِدْكَ يَتيماً فَأَوى 6 93
وَأَمّا السائلَ فَلا تَنْهَر 10 93
أُولائكَ أَصْحابُ المَيْمَنَةِ 18 90
وَ الذينَ كَفَروا بِآياتِنا هُمْ أَصْحابُ المشْأَمةِ 19 90
وَ جيىءَ يَوْمَئـذٍ بِـجَهَنَّمَ 23 89
تُسْقى مِنْ عَيْنٍ آنِيَةٍ 5 88
بَلْ هُوَ قُرْآنٌ مَجيـدُ 21 85
وَإذا المَوْؤُودَةُ سُئلَتْ 8 81
وَلَقَدْ رَآهُ بالأُفُـقِ المُبينِ 23 81
Ecriture de alif voyelle longue :
orthographe coranique et moderne

L’une des difficultés les plus sérieuses pour réaliser correctement le texte à l’oral.
Avertissement : Sur certaines des images, nous avons du, pour des raisons pédagogiques, oblitérer des parties de texte pour ne garder que celles en rapport avec le point étudié.

Orthographe coranique

Orthographe moderne

Verset

Sourate

  وَمِنْ شَرِّ النَّفّاثاتِ في العُقَدِ 04 113
قُلْ يا أَيُّها الكافِرون 01 109
و لا أَنْتُمْ عابِـدونَ ما أَعْبُدُ 03 109
إنّا أَعْطَيْناكَ الكَوْثَرَ 01 108
وَما أَدْراكَ ما الحُطَمَةُ 05 104
إنَّ الإنْسانَ لَفي خُسْرٍ 02 103
وَالعاديِاتِ ضَبْحاً 01 100
إنّا أَنْزَلْناهُ في لَيْلَةِ القَدْرِ 01 98

Coran et arabe moderne :
différences dans l’orthographe et la syntaxe

Différences syntaxiques notables et rémanence de l’écriture médiévale, pour son caractère sacré dans l’orthographe arabe moderne.
Avertissement : Sur certaines des images, nous avons du, pour des raisons pédagogiques, oblitérer des parties de texte pour ne garder que celles en rapport avec le point étudié.

Orthographe coranique

Orthographe moderne

Verset

Sourate

لَكُمْ دينُكُمْ وَلِيَ ديني 06 109
رَسول ٌ مِنَ اللهِ يَتْلو صُحُفاً مُطَهَّرةً 02 98
سَنَدْعو الزبانِيَةَ 18 96
فَيَقولُ رَبّي أَهانَني 16 89
ثُمَّ لا يَموتُ فيها وَلا يَحْيا 13 87
إذْ ناداهُ رَبُّهُ بالوادي المُقَدَّسِ طُوىً 16 79
يُحْيِي المَوْتى 40 75

Autres particularités orthographiques
entre Coran et arabe moderne

Orthographe coranique

Orthographe moderne

Verset

Sourate

وَما أَدْراكَ ما هِيَ 10 101
وَالليْلِ إذا سَجى 02 93
لَسْتَ عَلَيْهِمْ بِمُسَـيْطِرٍ 22 88
بَلْ تُؤْثِرونَ الحَياةَ الدُّنْيا 16 87
الصلاةَ وَآتوا الزكاةَ 20 73

Remarques :
L’orthographe moderne a conservé certains aspects de l’orthographe médiévale coranique, devenus ainsi « figés » en quelque sorte, leur graphie antérieure ayant revêtu elle-même un caractère sacré :

 

Transcription coranique conservée Prononciation Transcription moderne possible
هذا hâdhâ هاذا
هذه hâdhihi هاذه
الذي Al-ladhî اللذي
الرحمن Ar-rahmân الرحمان
ذلك dhâlika ذالك
الله Al-lâh اللاه

Copyright:

Didactiques Langues Publications – 2006

EDITIONS DILAP – 2021

Toute reproduction même partielle, sans accord de l’éditeur strictement interdite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(44)