Pour une lecture correcte du Coran en écriture moderne

Pour une lecture saine et correcte du Coran

القراءة السليمة في القرآن الكريم ( تابع)

_____________________________________

Nos choix pour lire et écrire le coran

L’écriture et la graphie : Par rapport à nombre de sites web traitant de l’Islam et du coran, notre démarche par rapport à ce sujet, se veut simple et didactique. Ainsi l’écriture des versets est normalisée par rapport à l’orthographe de l’arabe moderne, et quand nous conservons la graphie originale du texte sacré – la basmala par exemple -, nous le signalons, en explicitant la différence par rapport à l’orthographe moderne. Par ailleurs nous préparons un dossier qui éclaire l’évolution de l’écriture et l’orthographe de la langue arabe depuis la parution de la vulgate coranique de uthmân. Dans cette étude, nous traiterons et expliquerons toutes les différences entre la transcription courante du texte sacré et les règles de la grammaire et de l’orthographe en arabe moderne.

POUR LIRE CORRECTEMENT LE CORAN

De très nombreux visiteurs nous expriment régulièrement leur désir d’accéder à la lecture du texte coranique. Fidèles à nos convictions laïques, nous répondons à cette demande, tant le fait religieux dans la culture arabe ne saurait être occulté pour quelque raison idéologique. Nous le faisons simplement, sans prosélytisme aucun, sans interprétation (ce n’est pas de notre ressort)… Enseignants et pédagogues, notre seul souci est la diffusion de la langue arabe et « le bon usage de la langue ». Le texte coranique, souvent malmené par des apprentissages archaïques, menés par des gens sans formation sérieuse, mal appris, mal assimilé, peut déboucher sur des interprétations erronées et donc sur des attitudes non conformes à l’esprit du texte sacré. Accéder à la lecture et à la compréhension du Coran est une demande légitime à condition d’en faire une lecture saine à tous les points de vue. Nous proposons ici quelques sourates dites « Mekkoises » (parce que révélées à la Mekke) , les plus courtes et les plus faciles à mémoriser. Nous les présentons transcrites en orthographe et polices de caractères modernes, donc avec quelques différences par rapport au texte de la vulgate coranique dite de Uthmân, en circulation, comme texte « officiel » dans l’ensemble du monde musulman. Nous avons fait ce choix – comme il est d’ailleurs d’usage dans les systèmes scolaires modernes des pays arabes – pour en faciliter la lecture aux débutants et parce que le texte y gagne en lisibilité, notamment pour les problèmes de voyelles longues et l’écriture de la hamza (voir notre article : Orthographe de l’arabe : de la vulgate Uthmanienne à l’écriture moderne). Sauf pour les termes qui ont été conservés dans leur orthographe originelle y compris dans les manuels arabes modernes et la presse.

Peut-on enseigner le Coran dans un cadre laïque?

DILAP a toujours affirmé son caractère laïque et sa mission essentiellement pédagogique pour la promotion et la diffusion de la langue et la culture arabes. Nous considérons que la laïcité ne peut évacuer le fait religieux, surtout dans le contexte de la culture arabo-musulmane qui est notre principal champ d’intervention. Elle n’est pas automatiquement opposée à l’étude du fait religieux ; bien au contraire, elle peut contribuer de façon constructive à mieux le comprendre, voire à en favoriser l’évolution dans un sens positif en interpellant notamment la recherche scientifique, avec les outils de la modernité. Le texte coranique reste l’élément fondateur de la culture arabo-musulmane, pierre angulaire, référence incontournable, de même que ce texte, dans la forme écrite sous laquelle il nous est parvenu détermine aujourd’hui encore non seulement la syntaxe de l’arabe moderne, mais aussi son lexique et ses règles d’orthographe.
Le Coran entre écriture ancienne et moderne Pour pouvoir offrir à nos visiteurs un dispositif efficace et simple permettant une lecture correcte du Coran, il nous fallait tenir compte de la forme (classique) sous laquelle circule le texte sacré dans l’ensemble du monde musulman, et ce, depuis des siècles avec une orthographe médiévale différente de l’orthographe arabe en vigueur aujourd’hui. Et que nous utilisons nous-mêmes dans notre enseignement et les manuels que nous proposons au public. Autrement dit, entre l’écriture adoptée dans nos manuels (voir notre ouvrage Kitaba) et la vulgate coranique en circulation, un apprenant débutant ne peut que ressentir un certain trouble face au décalage entre l’écriture coranique (et son imposant appareil de signes diacritiques) et l’écriture moderne, plus dépouillée, plus simple. Pour répondre à ces interrogations légitimes, voici la démarche que nous avons adoptée : – Permettre, dans un premier temps, aux non-arabophones d’accéder au texte sacré avec l’orthographe moderne (plus simple, plus claire) – Dans un deuxième temps, les faire accéder à la vulgate coranique « classique » dans sa forme orthographique médiévale, sans risque de gêne ou de déformation au moment de la réalisation orale (récitation). Sans parler des conséquences de telles déformations au niveau du sens et de la compréhension…
            Le Coran: un texte ancien
Le texte coranique, tel qu’il nous est parvenu remonte au XII ème siècle. D’abord déclamé, récité et diffusé oralement. L’idée, longtemps en circulation dans le monde arabo-musulman (et encore de nos jours) d’un livre -dans sa forme actuelle- apporté par l’ange Gabriel relève de l’invraisemblance historique. L’écriture arabe de l’époque, rudimentaire ne pouvait véhiculer un texte aussi complexe sous toutes les formes.
 
L’ ensemble des sourates circulaient donc oralement grâce à des « huffadhs » (récitants du coran, reconnus pour leur foi, leur fidélité au prophète et surtout pour leur mémoire… Ces huffadhs étaient souvent issus de tribus différentes et de régions d’Arabie assez éloignées les une des autres, mais se retrouvaient autour de cette même mission: diffuser le coran et le faire apprendre à tout nouvel adepte qui le souhaiterait. En dépit de leurs fort probables différences d’accent ou de prononciation.
 
Les conditions de la mise par écrit puis de la fixation canonique du texte que la tradition fait remonter au troisième calife Uthmân (574-656) font toujours l’objet de recherches et de débats parmi les exégètes et historiens du xxie siècle.
 
La création d’un corpus unique
Il en ressort globalement les conclusions suivantes :
  • Le calife, devant les différences de récitation qui commençaient à devenir problématiques à plus d’un égard a décidé de réunir le tout en un corpus unique, fixé définitivement par écrit.
  • Les différence de récitation (souvent minimes) furent réglées par consensus
  • il a fallu parfaire le support écrit en y rajoutant des points pour différencier les lettres semblables, puis progressivement des voyelles diacritiques.
 
Le plus souvent, un apprentissage rudimentaire.
Le Coran influence dès l’enfance. L’enfant en est imprégné très tôt„ lorsque à cinq ou six ans il est envoyé à l’école coranique pour y apprendre les premiers rudiments de la religion. Cet apprentissage peut rester rudimentaire ou partiel, comme il peut devenir total et profond. Aujourd’hui, dans la plupart des pays du Maghreb, l’école coranique traditionnelle (madrassa) a pratiquement disparu. Dans les pays subsahariens et d’Afrique noire musulmane, elle persiste, dans les formes les plus archaïques sur le plan de l’enseignent et avec des moyens très précaires souvent assortis de coercition physique et de privations punitives. D’ailleurs largement prises en charge par des groupes islamistes dont le seul but est l’endoctrinement des enfants et des jeunes. Dans le reste des pays arabo-musulmans , elle a été remplacée par des établissements modernes où le fait religieux tient sa place, mais n’y est plus prépondérant. On y enseigne aussi bien la science des hadiths que les mathématiques, la géographie, ou les sciences naturelles… Rappelons que dans la majeure partie de ces pays, l’Islam est religion d’état et l’instruction religieuse est donc obligatoire et fait partie des programmes d’enseignement.
L’apprentissage – quasi obligatoire pour certains enseignants – de quelques sourates du Coran aux élèves permet au texte sacré d’être toujours présent et vivant, au sein de la société. C’est aussi un signe distinctif parmi tant d’autres qui permet aux membres de la communauté de s’identifier. Nombreuses sont les occasions où le Coran est récité collectivement, en chœur, récitation le plus souvent accompagnée de balancements du buste synchronisés, ce qui accentue encore plus le caractère communautaire de la récitation. Notons enfin qu’on ne peut approcher le livre sacré qu’en état de pureté totale, physique et spirituelle.
 
Répondre correctement à une demande légitime
De très nombreux visiteurs nous expriment régulièrement leur désir d’accéder à la lecture du texte coranique. Fidèles à nos convictions laïques, nous répondons à cette demande, tant le fait religieux dans la culture arabe ne saurait être occulté pour quelque raison idéologique. Nous le faisons simplement, sans prosélytisme aucun, sans interprétation (ce n’est pas de notre ressort)… Enseignants et pédagogues, notre seul souci est la diffusion de la langue arabe et « le bon usage de la langue ». Le texte coranique, souvent malmené par des apprentissages archaïques, menés par des gens sans formation sérieuse, mal appris, mal assimilé, peut déboucher sur des interprétations erronées et donc sur des attitudes non conformes à l’esprit du texte sacré. Accéder à la lecture et à la compréhension du Coran est une demande légitime à condition d’en faire une lecture saine à tous les points de vue. Nous proposons ici quelques sourates dites « Mecquoises » (parce que révélées à la Mecque), les plus courtes et les plus faciles à mémoriser. Nous les présentons transcrites en orthographe et polices de caractères modernes, donc avec quelques différences par rapport au texte de la vulgate coranique dite de Uthmân, en circulation, comme texte « officiel » dans l’ensemble du monde musulman. Nous avons fait ce choix — comme il est d’ailleurs d’usage dans les systèmes scolaires modernes des pays arabes — pour en faciliter la lecture aux débutants, et parce que le texte y gagne en lisibilité, notamment pour les problèmes de voyelles longues et l’écriture de la hamza pour les termes qui ont été conservés dans leur orthographe originelle y compris dans les manuels arabes modernes et la presse. Pour la traduction, nous nous sommes largement inspirés des ouvrages de Jacques Berque (Sindbad, 1990) et de D. Masson Gallimard 1967, en prenant la liberté de certaines modifications, selon nos propres lectures essentiellement éclairées par l’exégèse de Tabariy.

Enseignants et pédagogues, notre seul souci est la diffusion de la langue arabe et « le bon usage de la langue ». Le texte coranique, souvent malmené par des apprentissages archaïques, menés par des gens sans formation sérieuse, mal appris, mal assimilé, peut déboucher sur des interprétations erronées et donc sur des attitudes non conformes à l’esprit du texte sacré. Accéder à la lecture et à la compréhension du Coran est une demande légitime à condition d’en faire une lecture saine à tous les points de vue. *Pour la traduction, nous nous sommes largement inspirés des ouvrages de Jacques Berque (Sindbad, 1990) et de D. Masson Gallimard 1967, en prenant la liberté de certaines modifications, selon nos propres lectures essentiellement éclairées par l’exégèse de Tabariy. Sourate 106 : Quraysh.Orthographe moderne : بسم الله الرحمان الرحيم

لإيلاف قريش(1) إيلافهم رحلة الشتاء والصيف (2) فليعبدوا رب هذا البيت (3) الذي أطعمهم من جوع وآمنهم من خوف (4)

1- Pour le rassemblement de Quraysh. 2- Leur rassemblement en vue des déplacements d’hiver et d’été. 3- Puissent-ils adorer le Seigneur de cette Maison. 4- Qui leur fournit nourriture et sûreté en place de crainte .

OUVERTURE

1- Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux 2- Louanges à Dieu, Seigneurs des univers 3- Le Tout miséricorde, le Miséricordieux 4- Le Roi du Jour de l’Allégeance 5- C’est Toi que nous adorons, Toi dont nous implorons le secours.  

108 sourate  » al-kawthar »

سورة الكوثر

مكّيّة وآياتها 3 نزلت بعد العاديات

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

 

إنّا أَعْطَيْناكَ الكَوْثَرَ فصَلِّ لِـرَبِّكَ وانْحَرْ إنَّ شانِئَـكَ هُوَ الأبْتَر

 

Transcription Versets  
innâ a’taynâka l-kawthara إنّا أَعْطَيْناكَ الكَوْثَرَ 1
fasalli lirabbika wanhar فصَلِّ لِـرَبِّكَ وانْحَرْ 2
inna shâniaka hua l-abtar إنَّ شانِئَـكَ هُوَ الأبْتَر 3

Traduction

 

L’abondance sourate -108 – Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux 1- C’est Nous qui t’avons octroyé l’abondance * 2- Alors prie ton Seigneur et sacrifie 3- Celui qui te hait n’aura jamais de prospérité * al kawthar : les exégète et les lexicologues donnent deux explications (non contradictoires) à ce terme : – il peut s’agir d’un terme de la même racine que kathura كثر, ce qui signifierait donc abondance , profusion de biens. – Ou bien du nom propre d’un fleuve (symbole d’abondance) au paradis.


107 sourate  » al-mâ’ûn »

 

سورة الماعون

مكّيّة ـ مدنيّة وآياتها 7 نزلت بعد التكاثر

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

 

أَرَأَيْتَ الّذي يُكَذِّبُ بالدّينِ فَذَلِكَ الّذي يَدُعُّ اليَتيمَ ولا يَحُضُّ عَلى طَعامِ المِسْكينِ فَوَيْلٌ لَلْمُصَلّينَ الَّذين عَنْ صَلاتِهِمْ ساهونَ الَّذينَ هُمْ يُراؤونَ وَيَمْنَعونَ الماعونَ

 

Transcription Versets  
a ra ayta l-ladhî yukadhdhibu bi d-dîni أَرَأَيْتَ الّذي يُكَذِّبُ بالدّينَِ 1
fadhâlika l-ladhî yadu’u lyatîma فَذَلِكَ الّذي يَدُعُّ اليَتيمَ 2
wa lâ yahudhdhu ‘alâ t’âmi l-miskîni ولا يَحُضُّ عَلى طَعامِ المِسْكينِ 3
fawaylun lilmusallîna فَوَيْلٌ لَلْمُصَلّينَ 4
alladhîna ‘an salâtihim sâhûna الَّذين عَنْ صَلاتِهِمْ ساهونَ 5
alladhîna hum yurâ ‘ûna الَّذينَ هُمْ يُراؤونَ 6
wa yamna’ûna l-mâ’ûna وَيَمْنَعونَ الماعونَ 7

Traduction

 

L’aide – sourate-107 – Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux 1- As-tu vu celui qui doute du Jugement ? 2- Celui qui repousse l’orphelin 3- Qui n’encourage pas à nourrir le pauvre 4- Malheur à ceux qui prient 5- En étant négligeants dans leur prières 6- Qu’ils font par ostentation 7- Tout en refusant aux autres les bienfaits qu’ils ont


106 sourate  » Quraysh « 

 

سورة قريش

مكّيّة وآياتها 4 نزلت بعد التين

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

 

لإيلافِ قُرَيْشٍ إيلافِهِمْ رِحْلَةَ الشِّتاءِ والصَّيْفِ فَلْيَعْبُدوا رَبَّ هَذا البَيْتِ الَّذي أَطْعَمَهُمْ مِنْ جوعٍ وآمَنَهُمْ مِنْ خَوْفٍ

 

Transcription Versets  
li ïlâfi qurayshin لإيلافِ قُرَيْشٍ 1
îlâfihim rihlata sh-shitâ i wa s-sayfi إيلافِهِمْ رِحْلَةَ الشِّتاءِ والصَّيْفِ 2
fal ya’budû rabba hâdhâ l-bayti فَلْيَعْبُدوا رَبَّ هَذا البَيْتِ 3
alladhî at’amahum min jû’in wa âmanahum min khawfin الَّذي أَطْعَمَهُمْ مِنْ جوعٍ وآمَنَهُمْ مِنْ خَوْفٍ 4

Traduction

 

Numérisation Quraysh –  surât -106 – Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux (basmala) 1- A propos de cette tradition Qoreychite (1) 2- D’exode d’hiver et d’été (2) 3- Qu’ils adorent le Seigneur de cette demeure 4-Qui les a préservés de la famine, et protégés contre la peur (1) Ce terme désigne les clans tribaux qui occupaient la Mekke et auxquels appartenait le Prophète. (2 ) Les Qurayshites, selon le grand imam Tabariy (10 ème siècle) – dont nous nous inspirons pour élaborer nos traductions – ainsi que d’autres éminents exégètes musulmans, avaient pour habitude d’organiser des départs massifs en caravanes 2 fois l’an : l’un vers le shâm (actuellement Syrie, Liban, Jordanie, Palestine) et probablement la partie nord-est de l’Egypte, l’autre vers le Yémen. _________________________________________________________________________________________________________________________________

105 sourate  » al-fîl « 

 

سورة الفيل

مكّيّة و آياتها 5 نزلت بعد الكافرون

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

 

أَلَمْ تَرَ كَيْفَ فَعَلَ رَبُّكَ بِأَصْحابِ الفيلِ أَلَمْ يَجْعَلْ كَيْدَهُمْ في تَضْليلِ وَأَرْسَلَ عَلَيْهِمْ طَيْراً أَبابيلَ تَرْميهِمْ بِحِجارَةٍ مِنْ سِجّيلٍ فَجَعَلَهُمْ كَعَصْفٍ مَأْكولِ

Transcription Versets  
alam tarâ kayfa fa’la rabbuka bi ashâbi l-fîli أَلَمْ تَرَ كَيْفَ فَعَلَ رَبُّكَ بِأَصْحابِ الفيلِ 1
alam yaj’al kaydahum fî tadhlîli أَلَمْ يَجْعَلْ كَيْدَهُمْ في تَضْليلِ 2
wa arsala ‘alayhim tayran abâbîla وَأَرْسَلَ عَلَيْهِمْ طَيْراً أَبابيلَ 3
tarmîhim bihijâratin min sijjîlin تَرْميهِمْ بِحِجارَةٍ مِنْ سِجَّيلٍ 4
fa ja’alahum ka’asfin ma‘ kûli فَجَعَلَهُمْ كَعَصْفٍ مَأْكولِ 5

Traduction

 

L’éléphant –  sourate -105 – Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux (basmala) 1- N’as tu pas vu comment a fait ton Seigneur aux gens de l’Eléphant ?* 2- N’a t’il pas mis leur complot en échec ? 3- En leur envoyant des escadrons d’oiseaux 4- Leur lancer des pierres d’argile 5- L es rendant semblables à des tiges de blé mâchées * Allusion à des armées venues d’Abyssinie (actuelle Ethiopie) en passant par le Yémen avec pour but de détruire la Mekke. __________________________________________________________________________________________________________________________________

104 sourate  » al-humaza »

 

سورة الهمزة

مكّيّة وآياتها 9 نزلت بعد القيامة

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

 

وَيْلٌ لِكُلِّ هُمَزَةٍ لُمَزَةٍ الَّذي جَمَعَ مالاً وَعَدَّدَهُ يَحْسَبُ أَنَّ مالَهُ أَخْلَدَهُ كَلاّ لَيُنْبَذَنَّ في الحُطَمَةِ وَما أَدْراكَ ما الحُطَمَةُ نارُ اللهِ المَوْقودَةُ الّتي تَطَّلِعُ على الأَفْئدةِ إنَّها عَلَيْهِمْ مُؤْصَدَةٌ في عَمَدٍ مُمَدَّدَةِ

Transcription Versets  
waylun likulli humazatin lumazatin وَيْلٌ لِكُلِّ هُمَزَةٍ لُمَزَةٍ 1
alladhî jama’a mâlan wa ‘addadahu الَّذي جَمَعَ مالاً وَعَدَّدّهُ 2
yahsabu anna mâlahu akhladahu يَحْسَبُ أَنَّ مالَهُ أَخْلَدَهُ 3
kallâ layunbadhanna fi l-hutamati كَلاّ لَيُنْبَذَنَّ في الحُطَمَةِ 4
wa mâ adrâka mâ -lhutamatu وَما أَدْراكَ ما الحُطَمَةُ 5
nâru l-lâhi l-mawqûdatu نارُ اللهِ المَوْقودَةُ 6
allatî tattali’u ‘alâ l-af‘idati الّتي تَطَّلِعُ على الأَفْئدةِ 7
innahâ ‘alyhim mu‘sadatun إنَّها عَلَيْهِمْ مُؤْصَدَةٌ 8
fî ‘amadin mumaddada في عَمَدٍ مُمَدَّدَةِ 9

Traduction

 

Le détracteur – sourate -104 – Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux (basmala) 1- Malheur à tout détracteur fourbe et hostile ! 2- Qui accumule fortune et la compte 3- En pensant qu’elle le rendra éternel 4- Que non ! Il sera jeté dans la hutama 5- Sais-tu ce qu’est la Hutama ? 6- Le feu de Dieu qui flambe 7- Qui dévore jusqu’aux entrailles 8- Qui se refermera par-dessus 9- En gigantesques colonnes _______________________________________________________________________________________________________________________________

103 sourate  » al-‘asr »

 

سورة العصر

مكّيّة وآياتها 3 نزلت بعد الشرح

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

وَالعَصْرِ إنَّ الإنسانَ لَفي خُسْرٍ إلاّ الّذين آمَنوا وَعَمِلوا الصّالِحاتِ وَتَواصَوا بِالحَقِّ ِوَتَواصَوا بالصَّبْرِ

Transcription Versets  
wa l’asri وَالعَصْرٍِ 1
inna l‘insâna lafî khusrin إنَّ الإنسانَ لَفي خُسْرٍ 2
illâ lladhîna âmanû wa ‘amilû s-sâlihâti wa tawâsaw bil haqqi wa tawâsaw bis-sabri إلاّ الّذين آمَنوا وَعَمِلوا الصّالِحاتِ وَتَواصَوا بِالحَقِّ وَتَواصَوا بالصَّبْرِ 3

Traduction

 

L’Instant –  sûrat -103 – Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux 1- Par l’instant ! 2- Oui l’homme est en perdition 3- Sauf ceux qui croient , effectuent des oeuvres salutaires, cherchent mutuellement justice, s’encouragent mutuellement à la patience _________________________________________________________________________________________________________________________________

109 sourate  » al-kâfirûn »

 

سورة الكافرون

مكّيّة وآياتها 6 نزلت بعد الماعون -109 –

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

 

قُلْ يا أَيُّها الكافِرونَ لا أَعْبُدُ ما تَعْبُدونَ ولا أَنتُم عابِدونَ ما أَعْبُدُ ولا أنا عابِدٌ ما عَبَدْتُمْ ولا أَنْتُمْ عابِدونَ ما أَعْبُدُ لَكُمْ دينُكُمْ ولِيَ دين *

ولا أنا عابِدٌ ما عَبَدْتُمْ 4 قُلْ يا أَيُّها الكافِرونَ ِ 1
ولا أَنْتُمْ عابِدونَ ما أَعْبُدُ 5 لا أَعْبُدُ ما تَعْبُدونَ 2
لَكُمْ دينُكُمْ ولِيَ دينِ 6 ولا أَنتُم عابِدونَ ما أَعْبُدُ 3

(* Nous avons volontairement gardé l’orthographe coranique pour ce dernier terme (dîni), sans le pronom affixe ي (dînî) ) Transcription

 

Qul yâ ayyuhâ l-kâfirûna (1) lâ a’budu mâ ta’budûna (2) wa lâ antum ‘âbidûna mâ a’budu (3) wa lâ anâ ‘âbidun mâ ‘abadtum (4) wa lâ antum ‘âbidûna mâ a’budu (5) lakum dînukum wa liya dîni (6) Traduction LES INCREDULES –  sourate -109 – Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux (basmala) 1- Dis : « Ô dénégateurs 2- Je n’adorerai pas ce que vous adorez 3- vous n’adorez pas ce que j’adore 4- je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez 5- ni vous adorateurs de ce que j’adore 6- à vous votre religion, à moi la mienne _______________________________________________________________________________________________________________________________

112 sourate  » al-ikhlâs »

سورة الإخلاص

 

 مكّيّة وآياتها 4 نزلت بعد الناس -112 –

 

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

 

قُلْ هُوَ اللهُ أحَدٌ (1) اللهُ الصَّمَدُ (2) لَمْ يَلِدْ ولَمْ يُولَد (3 (4)ولَمْ يَكُنْ لَهُ كُفُواً أَحَد

 

ولَمْ يَكُنْ لَهُ كُفُواً أَحَدُ 4 قُلْ هُوَ اللهُ أحَدٌ ِ ِ 1
    اللهُ الصَّمَدُ ِ 2
    َ لَمْ يَلِدْ ولَمْ يُولَد 3

 

 

Transcription Qul hua allâhu ahadun (1) allâhu s-samadu (2) lam yalid wa lam yûlad (3) wa lam yakun lahu kufuwan ahadu (4) Traduction LE CULTE PUR – surât -112 – Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux (basmala) 1- Dis : « Il est Dieu, Il est Un » 2- Dieu de plénitude 3- qui n’engendra ni ne fut engendré 4- que nul ne saurait égaler _________________________________________________________________________________________________________________________________

113 sourate  » al-falaq  »

سورة الفلق

 

 مكّيّة وآياتها 5 نزلت بعد الفيل -113 –

 

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

 

قُلْ أَعوذُ بِرَبِّ الفَلَقِ مِنْ شَرِّ ما خَلَقَ ومِنْ شَرِّ غاسِقٍ إذا وَقَبَ ومِنْ شَرِّ النَفّاثاتِ في العُقَدِ ومِنْ شَرِّ حاسِدٍ إذا حَسَدَ

 

ومِنْ شَرِّ النَفّاثاتِ في العُقَدِ ِ 4 قُلْ أَعوذُ بِرَبِّ الفَلَقِ ِ 1
ومِنْ شَرِّ حاسِدٍ إذا حَسَدَ 5 مِنْ شَرِّ ما خَلَقَ ِ 2
    ومِنْ شَرِّ غاسِقٍ إذا وَقَبَ 3

 

 

Transcription Qul a’ûdhu birabbi l-falaqi (1) min sharri mâ khalaqa (2) wa min sharri ghâsiqin idhâ waqaba (3) wa min sharri n-naffâthâti fi l-‘uqadi (4) wa min sharri hâsidin idhâ hasada (5) Traduction L’AUBE –  sourate -113 – Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux 1- Dis : « mon refuge soit en le Seigneur de l’aube » 2- Contre les ravages causés par Ses créatures 3- contre les ravages de l’heure où la nuit s’épaissit 4- contre les ravages de celles qui soufflent sur des noeuds * 5- contre l’envie de l’envieux   * Allusion à des pratiques de sorcelleries féminines ________________________________________________________________________________________________________________________

114 sourate  » annâs » 

سورة الناس

 مكّيّة وآياتها 6 نزلت بعد الفلق -114 –

 

بـِـسْـمِ اللهِ الرحمَـنِ الرَّحيـم

قـُلْ أعوذُ بِرَبِّ النّاسِ مَلِكِ النّاسِ إلَهِ* الناسِ مِنْ شَرِّ الوَسْواسِ الخَنّاسِ الذي يُوَسْوِسُ في صُدورِ النّاسِ مِنَ الجِنَّةِ والنّاسِ

 

مِنْ شَرِّ الوَسْواسِ الخَنّاسِ 4 قـُلْ أعوذُ بِرَبِّ النّاسِ 1
الذي يُوَسْوِسُ في صُدورِ النّاسِ 5 مَلِكِ النّاسِ 2
مِنَ الجِنَّةِ والنّاسِِ 6 إلَهِ* الناسِ 3

 

 

*Remarque générale : Les termes رحمن – إله conformément aux règles de l’orthographe moderne ont été conservés tels quels . Normalement ils s’écrivent : الرحمان – إلاه . Nous avons aussi respecté la « basmala » en ne transcrivant pas le alif de ism selon les usages pour cette formule sacrée et rituelle qui devrait s’écrire : باسم . Transcription Qul a’ûdhu birabbi n-nasi (1) maliki nnâsi (2) ilâhi n-nâsi (3) min sharri l-waswâsi l-khnnâsi(4) alladhî yuwaswisu fî sudûri n-nâsi (5) min aljinnati wa n-nâsi (6) Traduction LES HOMMES – sourate 114 Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux 1- Dis : « que mon refuge soit le Seigneur des hommes » 2- Le Roi des hommes 3- Le Dieu des hommes 4- Contre les ravages de l’instigateur sournois 5- Qui complote dans la poitrine des hommes 6- (Cet instigateur) de parmi les djinns et les humains »

Copyright EDITIONS DILAP. 2005/2021

Pour lire et écrire correctement en Arabe:

https://dilap.com/product/kitaba-lecriture-correcte-en-arabe/          

(60)