Films Iraniens de grands cinéastes

Deux films de Abbas Kiarostami

Où est la maison de mon ami ? [ Khaneh-ye doost kojast ?]

Iran > 1987 > couleur > 1h25 > Réalisation, scénario, montage Abbas Kiarostami > Image Farhad Saba > Interprétation Babek Ahmed Poor, Ahmed Ahmed Poor, Kheda Barech Defai, Iran Outari Source > Les Grands Films classiques.

 

 

Nématzadé est menacé par son instituteur d’être renvoyé de l’école s’il oublie encore une fois de faire ses devoirs sur son cahier. Ahmad son ami emporte par erreur son cahier. Lorsqu’il s’en aperçoit, il décide de passer outre l’interdiction de sa mère et s’enfuit pour partir à la recherche de la maison de son ami, qui habite loin dans un autre village, afin qu’il ne soit pas sanctionné.

Close up [ Close-up ]

Iran > 1990 > couleur > 1 h42 > Réalisation, scénario et montage Abbas Kiarostami > Image Ali Reza Zarrindast > Interprétation Hossein Sabzian, Hassan Farzmand Source > Farabi Hossein Sabzian s’introduit dans la famille des Ahankhah après avoir rencontré Mme Ahankhah et sa fille dans l’autobus. En jouant sur sa ressemblance avec Mohsen Makhmalbaf, le célèbre cinéaste iranien, Hossein prétend qu’il est là pour tourner un film. Le père Ahankhah croit se rendre compte de la supercherie, mais décide de se faire aider par un ami qui, avec l’assistance d’un journaliste, vérifie l’identité de l’intrus.

Deux films de Majid Majidi

Le Père [ Pedar ]

Iran > 1998 > 1 h36 > Couleur > Réalisation Majid Majidi > Scénario Majid Majidi et Mehdi Shojai > Image Mohsen Zolanvar > Montage Hassan Hassandoost > Musique Mohammad-Reza Aligholi > Interprétation Mohammad Kasebi, Parivash Nazarieh Source > Cinéma Public Films
Le jeune Mehrolah souffre de la culpabilité d’avoir en partie provoqué l’accident de moto qui a coûté la vie à son père. Pourvoir aux besoins de sa famille est un moyen pour lui de payer sa « dette ». Mais voilà qu’en rentrant au village il apprend que sa mère s’est remariée à un gendarme qui s’occupe désormais de tout.

Les enfants du ciel [ Bachehaye Aseman ]

Iran > 1999 > 1h30 > Couleur > Réalisation, scénario Majid Majidi > Image Parviz Malekzade > Musique Keyvan Jahanshahi > Interprétation Mir Farrokh Hashermian, Mohammad Amir Naji, Bahare Sediqi, Nafise Jafar-Mohammadi Source > Mars Films Ali, un jeune garçon de neuf ans issu d’une famille pauvre du sud de Téhéran, perd les chaussures de sa sœur Zahra en faisant des courses. Persuadés que leurs parents n’auront pas les moyens d’en acheter une autre paire, les deux enfants décident de leur cacher la mauvaise nouvelle et sont dès lors obligés de se partager la paire de tennis d’Ali. Zahra les porte le matin pour aller à l’école et son frère l’après-midi.

Deux films de Dariush Mehrejui

Sara

Iran > 1993 > 1h40 > couleur > Réalisation, scénario Dariush Mehrjui > Image Mahmoud Kalari > Montage Hassan Hassandoost > Interprétation Niki Karimi, Amin Tarokh, Khosro Shakibai, Yasman Malek-Nasr Source > Goutte d’Or Distribution Hessam doit se rendre à l’étranger pour subir un traitement médical. Sara, sa femme, paie le voyage en lui faisant croire que l’argent lui vient de la fortune que lui a léguée son père. De retour dans son pays, il apprend que sa femme travaille à son insu afin de rembourser ses dettes. Il se sent alors blessé dans son honneur.

Les Locataires ( Ejareneshinh )

Iran > 1987 > 2h10 > couleur > Réalisation, scénario Dariush Mehrjui > Image Hassan Gholizadeh > Musique Nasser Cheshmazar > Montage Hassan Hassandoust > Interprétation Ezatollah Entezami, Hamideh Kheir-Abadi, Hossein saqrshar, Akbar Abdi, Ferdos Kaviani, Akbar Hassan-Rad Source > Farabi Quatre familles vivent en banlieue, dans un vieil immeuble délabré. Abbas Agha, le gérant, occupe le rez de chaussée et se met en tête d’expulser tous les locataires pour récupérer son immeuble. Les conflits se multiplient entre Abbas et les locataires qui ne sont pas prêts à se laisser faire.

Deux films de Mohsen Makhmalbaf

Le Camelot [ Dastforous ]

Iran > 1987 > 1h35 > couleur > Réalisation, scénario, montage Mohsen Makhmalbaf > Image Homayon Pievar, Mehrdad Fakhimi et Ali Reza Zarrindast > Musique Majid Entezami > Interprétation Zohreh Sarmadi, Esmail Soltanian, Morteza Zarrabi, Mahmod Basiri, Behzad Behzadpour . Source > Farabi

Ce film en trois épisodes, produit par le « bureau artistique de l’organisation pour la propagande de la pensée islamiste », donne trois aperçus des entrailles de la pauvreté urbaine en Iran : un couple à la recherche d’une personne pour adopter leur nouveau-né, la solitude d’un homme mentalement déficient ayant sa mère à charge et l’histoire d’un jeune contrebandier accusé d’avoir livré ses comparses à la police. Même si chaque épisode raconte une histoire différente, ils abordent tous les trois la notion religieuse de la prédestinée.

Le Cycliste ( Baycikelran )

 

Iran >1988 > 1h15 > couleur > Réalisation, scénario, montage Mohsen Makhmalbaf > Image Ali Reza Zarrindast > Musique Majid Entezami > Interprétation Moharram Zeynalzadeh, Esmail Soltanian Source > Cinéma Public Films. Nassim, un réfugié afghan en quête d’argent pour payer l’hospitalisation de sa femme gravement malade, accepte un pari impossible : pédaler sans interruption pendant sept jours.

 

Deux films de Rakhshan Bani Etemad

Nargess

Iran > 1992 > 1h40 > couleur > Réalisation Rakhshan Bani-Etemad > Scénario Rakhsan BaniEtemad, Fereidan Jeiruni > Image Hossein Jafarian > Montage Shirin Vahidi > Musique Mohammad-Reza Aliqoli > Interprétation Farimah Farjami, Abbolaz Poorarab Source > Farabi. Afagh, une femme à la beauté déclinante et au passé difficile, vit avec Adel, un amant plus jeune qu’elle, voleur de son métier. Lorsque celui-ci rencontre Nargess, une belle jeune fille, pauvre et honnête, il décide de changer de vie et de l’épouser… non sans se livrer, auparavant, à un dernier cambriolage

Le Foulard bleu [ Russari Abi ]

Iran > 1995 > l h25 > couleur > Réalisation et scénario Rakhshan Bani-Etemad > Image Aziz Sa’ati > Montage Abbas Ganjavi > Musique Ahmad Pezhman > Interprétation Ezzatolah Entezami, Fatemeh Mohamed-Aria Source > Cinéma Public films Rashul, la soixantaine, est l’heureux propriétaire d’une vaste exploitation maraîchère. Veuf depuis neuf ans, il vit avec sa fille. Patron au grand cœur il se dévoue entièrement à son travail. Un jour à l’occasion d’un fête, son contremaître offre de la viande à tous les ouvriers et selon les indications de son chef, en donne plus aux femmes mariées qu’aux autres. Ashgar qui n’est pas mariée mais a trois personnes à charge s’insurge contre cette injustice et refuse le cadeau. Rashul décide alors d’apporter lui-même le cadeau et découvre alors qu’elle vit dans un dénuement complet.

 
 
 
 
 
 
 

(31)