Notre Forum pour l’auto-apprentissage avec aide en ligne gratuite

UN FORUM DE DISCUSSIONS POUR REPONDRE A TOUTES VOS QUESTIONS. ET VOUS AIDER EN CAS DE DIFFICULTES AU COURS DE VOTRE APPRENTISSAGE

_________________________________________________________________

Tous nos  ouvrages pédagogiques sont valables aussi bien pour des cours « classiques » avec un professeur que pour l’auto-apprentissage .

Si vous optez pour l’auto-apprentissage, vous ne vous retrouverez pas seuls avec votre ou vos ouvrages face aux difficultés éventuelles inhérentes à ce type d’apprentissage. (voir nos PACKS Dilap) Une aide en ligne permanente et gratuite vous est proposée. Il vous suffira de nous écrire pour nous exposer la difficulté rencontrée en donnant bien entendu le nom de l’ouvrage en question et le N° de page. Des réponses personnalisées vous seront adressée, avec des explications supplémentaires le cas échéant.

___________________________

Depuis la création de notre site, de nombreux internautes ayant acquis nos ouvrages nous ont écrit pour faire part de leurs difficultés passagères concernant tel ou tel passage d’une leçon, tel ou tel exercice… Nous donnons chaque fois des réponses personnalisées avec des compléments d’explications et d’exemples.

Nous avons le plaisir aujourd’hui de remettre ce forum en ligne. N’hésitez pas à nous écrire pour exposer vos difficultés éventuelles. De même que la lecture des questions déjà posées et auxquelles nous avons apporté réponse peut vous aider dans votre progression.

N’hésitez pas à nous écrire en cas de difficultés:

dilap.contact@gmail.com

contact@dilap.com

Notre règlement interne, conformément à la loi vous assure la confidentialité la plus totale: vous pouvez au choix  signer votre contribution, mettre seulement vos initiales ou choisir un pseudonyme

_____________________________________________

TOUS NOS COURS D’ARABE EN LIGNE GRATUITS, EN UN CLIC!
_______________________________
Elaborer une méthode d’arabe dialectal originale

(Suggestion d’un chercheur Espagnol)

POURQUOI PAS UNE METHODE EN LANGUE INTERMEDIAIRE ?

Citoyen espagnol d’origine marocaine, je suis linguiste et chercheur collaborant notamment à des travaux de recherche en dialectologie couvrant les aires linguistiques du Maghreb et du Moyen-Orient. J’ai découvert votre site par l’entremise du réseau d’écoles de langues de Tarragone qui ont commandé votre ouvrage Al-Manhaj. Je dispense moi-même des cours d’arabe à des étudiants en niveaux débutant et intermédiaire.

Mais là n’est pas le but de mon propos. Sans doute vous n’ignorez pas que l’Espagne, réconciliée avec son histoire, encourage et finance des recherches sur son héritage arabo-andalous. L’un de mes champs de recherche concerne justement les influences possibles de la langue d’Al-Andalus sur les dialectes maghrébins après la reconquête.
Mon hypothèse de travail actuelle, encore embryonnaire, stipule que cet héritage linguistique a engendré une langue forcément intermédiaire, entre l’arabe « importé » d’Andalousie et les parler maghrébins locaux. Mais cette langue intermédiaire -si jamais elle a existé -, par quelles structures était-elle régie ? C’est pourquoi j’attends depuis le début votre méthode de dialecte maghrébin, directement dérivée d’une méthode littérale pure. J’espère y trouver une réponse même partielle au processus et aux mécanismes linguistiques qui permettent le glissement naturel du registre canonique et structuré de l’arabe littéral vers une expression orale courante…

J’avoue être à la fois intrigué et intéressé par votre démarche et vos choix : subordonner l’apprentissage de l’arabe dialectal à celui d’une formation même minimale en littéral. Si j’ai bien compris, Al-Manhaj dialectal ne serait qu’un complément -surtout au niveau de la pratique de l’oral – pour pouvoir prétendre à une compétence communicative complète (je reprend, de tête vos propres termes). C’est là une démarche singulière et j’attends votre ouvrage pour pouvoir juger du résultat.

Pour ma part, et en tant que chercheur, mais non concepteur de méthodes pédagogiques – c’est un métier à part entière – je penche pour une autre démarche qui pourrait s’avérer encore plus « productive » au niveau de l’élaboration de méthodes pédagogiques. Je me base sur un phénomène très intéressant évoqué plus haut, que vous effleurez d’ailleurs dans l’une de vos rubriques : celui de l’Arabe « intermédiaire », cette fantastique mutation du langage contemporain qui permet sur les médias modernes (chaînes de télé à profusion accessibles sur internet, réseaux sociaux…) à des citoyens aux quatre coins du monde arabo-musulman de débattre en direct de sujets pointus, chacun usant d’un registre de langue qui lui appartient en propre.
Le champs de recherche couvrant cette « langue intermédiaire » me semble encore très mal exploré, d’où mon intérêt pour le sujet.
Ma question : pourquoi aucun concepteur de méthode en arabe n’a songé encore à élaborer un ouvrage construit à partir de « matériaux linguistiques » puisés dans l’immense vivier des médias modernes ? Notamment pour résoudre ce problème de la communication orale. Cela éviterait de faire une méthode gigogne ; une méthode en arabe littéral « pur » prolongée par une autre pour découvrir la face dialectale.

Je m’excuse si mon message est un peu long, en espérant trouver auprès de vous, ou de collègues quelques éléments de réponse à ce débat qui me passionne vous l’aurez compris.

Réponse:

Le sujet que vous proposez est d’une grande pertinence et d’une  importance capitale! Même si vous n’êtes pas concepteur de méthodes, vous vous doutez bien que c’est là une tâche d’une grande complexité qui demande généralement le travail de toute une équipe! Nous y avons pensé, figurez-vous, mais nous nous sommes heurtés à une difficulté quasi insurmontable en l’état actuel des choses. Certes, nous avons à plusieurs reprises évoqué ce phénomène linguistique nouveau qui parcours tout le monde arabophone. Celui de l’utilisation d’une « langue intermédaire » avec une méthode qui en proposerait un modèle. Le problème est que cette langue à mi-chemin entre la fusha et LES DÂRIJA(S) est en gestation, en constante évolution…

Pour ce faire, il faut un « outil » qui n’existe pas: un corpus d’enregistrements comprenant le maximum d’interventions de la part d’arabophones d’une majorité de pays, d’en faire une synthèse, puis de construire une méthode « consensuelle », et opérationnelle pour les non arabophones qui s’intéresse à cette langue et désir communiquer le plus largement possible.

Espérons qu’un jour, un organisme public ou privé , doté de moyens y songera…

Question: Phonétique

Bonjour,

Je viens de recevoir le pack DILAP  LD-02, Arabe littéral et dialectal, et j’ai une question pratique sur les exercices phonétiques de la leçon 1 de la séquence 1 du manuel d’arabe littéral. En effet, dans ces exercices phonétiques, il est question de « liste de mots », mais les tableaux sont entièrement vides à part les numéros, aucun mot arabe n’y est écrit.

J’ai lu sur le forum une question sur ces exercices à laquelle vous répondiez que « Cette série d’exercice va éduquer votre oreille aux sons arabes en leur associant le dessin de la lettre.  » Or dans mon manuel, puisqu’il n’y a aucune lettre écrite, je peux seulement reconnaître le son, mais pas l’associer à sa forme écrite ! Donc je me demande s’il n’y a pas eu un problème d’impression dans le manuel que j’ai reçu ? Sinon, pouvez-vous m’expliquer plus précisément le but de l’exercice ?

Je vous remercie d’avance de votre réponse !
Cordialement,

Anne
PS: vous pouvez publier mon message en entier ou en extrait sur le forum si c’est utile.

Réponse:

Non, il ne s’agit pas d’un problème d’impression !
On ne peut pas vous demander, dès le premier exercice de la première leçon de déchiffrer des mots complexes. C’est pourquoi ces mots ne sont pas transcrits sur le tableau. Il s’agit avant tout de différencier des sons « proches ».

Ce tableau (exercices de phonétique – exo 01- seq-01-leç-01) compte 7 couples de mots, énoncés par paires. Les couples de mots ne sont pas choisis au hasard, ils sont formés de phonèmes proches et sur lesquels la majorité des apprenants francophones confondent des « sons » différents mais perçus comme identiques par une oreille non exercée.

La finalité de cet exercice est d’écouter soigneusement chaque couple de mots et de mettre une croix lorsque vous entendez le son demandé dans l’énoncé ( en l’occurrence le son « ha » comme « hat « en anglais – pour exo 01). Cela peut être le premier mot du couple, le second ou peut-être les deux !
Le corrigé des exercices transcrit totalement ces mots par écrit. Mais naturellement, il ne faut y recourir qu’en cas de « blocage » ou pour vérifier vos résultats.

_____________________________________________________________________________________________________________

Question: PACK Dilap LD-02

 Bonjour messieurs,

je vous remercie de me dire ce que contient exactement le pack dilap Ld 02 pour une personne qui voudrait a la fois enseigner et apprendre l’ arabe, vocabulaire franco-arabe et prononciation
ce pack est il adapte a ce contexte
je vous en remercie par avance

s de connor

Réponse:

Le PACK DILAP LD-02 est la méthode complète pour s’initier à l’arabe et littéral et dialectal. Son tntérêt est du au fait que l’ouvrage al-manhaj dialectal repose entièrement et totalement sur l’ouvrage littéral dont il reprend la progression, les leçons et la grammaire. En effet notre ouvrage dialectal, n’est pas une méthode phonétique improvisée, elle suit la même rigueur que l’ouvrage de référence en littéral, donc elle nécessite des connaissances en lecture, écriture et un minimum de grammaire.

Quant au contenu :

Nos méthodes sont totalement adaptées à l’auto apprentissage et au travail groupes classes avec un prof.
La méthode littérale est une méthode complète, adoptée par la majorité des collèges et lycées en France, mais aussi à l’étranger. Elle sera disponible à la fin du mois dans un nouveau coffret à pris plus attractif et des améliorations pédagogiques notamment sur le corrigé et le cd audio phonétique.

Pour le dialecte, son contenu : Avant tout, c’est l’oral qui a été favorisé.

– La grammaire est comparative par rapport au littéral, c’est-à-dire, qu’elle reprend les éléments du littéral pour les comparer à la réalité du dialecte réellement parlé.
– Le lexique n’est pas développé entièrement comme sur la version littérale, il expose plutôt les variantes lexicales maghrébines, tunisienne, marocaine, algérienne quand elles différent.
– Pour des raisons de vraisemblance, certaines leçons ont été adaptées au caractère spontané de l’Arabe parlé : ainsi nous avons modifié les échanges épistolaires par Internet , car situation non crédible en dialecte.

Nous espérons avoir répondu à votre questionnement, nous restons à votre disposition pour tout complément d’information.

Question: Ecrire l’Arabe en caractères phonétique latins

Bonjour

je vous ai commandé récemment l’auto apprentissage comprenant le Kitaba . Vous m’aviez proposez de l’aide si je ne comprenais pas quelque chose alors j’en profite et vous écris juste pour vous demander si vous connaissiez un site où l’on peut trouver les mots arabes écris en français (ça m’aiderait à mémoriser)

comme kitaba pour livre ou schukran pour merci …

Merci beaucoup de votre aide
Salutations distinguées
Solenne

Réponse:

Bonjour solenne,

Vous ne trouverez sur aucun site internent, tous les mots arabes du livre kitaba en écriture phonétique. Nous n’avons pas mentionné dans l’ouvrage la transcription phonétique car elle appelle à la « paresse » et ses conséquences sur la qualité de la prononciation sont reconnues par les spécialistes comme désastreuses. En outre elle n’incite pas l’apprenant à mémoriser les lettres dans leur graphie arabe.
Ce que nous vous proposons :
Avant tout : d’accepter de « souffrir » un peu les premiers temps, pour acquérir les bases qu’aucun site Internet ou prof dédié ne pourra vous apporter. Pour acquérir l’autonomie nécessaire.
Apprendre vous-même – au besoin – à transcrire phonétiquement comme aide mémoire.. Car selon l’adage : mieux vaut apprendre aux gens à pêcher que leur donner du poisson !
Pour transcrire vous-même les mots :
Il s’agit avant tout de repérer les voyelles longues qui sont au nombre de trois :
â se lit aa
û se lit ouou
î se lit ii
le redoublement de consonne quand il y a présence de la shadda
b accentué se lit b’ba
d accentué se lit d’da
etc…

______________________________________________

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Questions: l’Arabe dialectal en phonétique

Bonjour,

j’ai bien reçu le livre al manhaj dialectal, mais je ne peux pas m’en servir car je ne connais pas l’alphabet arabe, je cherche une méthode entièrement phonétique , auriez-vous quelque chose à me proposer en échange.Merci de votre aide.
Cordiales salutations.

Réponse:
– Les méthodes phonétiques ont toutes été désastreuses (les résultats sur la prononciation sont catastrophiques)
– il vaut mieux maitriser 28 graphèmes de l’arabe plutôt que de passer par un système phonétique encore plus complexe et comportant beaucoup plus de signes à mémoriser
– Nous avons clairement préconisé de faire même un peu d’arabe littéral avant de se lancer dans l’aventure du dialecte
Complément à nos aimables internautes :
Si vous recherchez une méthode PHONETIQUE pour dire : Bonjour, Au revoir, Merci, cet-à- dire à la manière d’un guide touristique, cet ouvrage n’est pas fait pour vous.
Cette méthode est conçue selon la ligne éditoriale DILAP, pour enseigner le dialecte avec la même rigueur et la même complexité qu’une langue vivante.
______________________________________Question: pack dilap LD02 cet CD Audio de Al-Manhaj dialectal
Bonjour,
juste une petite précision : le Pack dilap- LD 02 comprend t’il, en plus du CD audio littéral, le CD audio dialectal ou est ce qu’il n’y a que la manuel de dialectal ?
merci d’avance pour votre réponse
réponse:Bonjour,
Merci de votre intérêt pour nos publications
le pack dilap LD02 contient bien tous les cd audio phonétiques, celui de al-manhaj littéral et dialectal, d’ailleurs pour ce dernier, le cd audio est encarté et collé dans l’ouvrage lui-même qui est plastifié.
________________________Question: Quel PACK Dilap choisir?Bonjour,
j’aimerais apprendre l’arabe sachant que je n’ai aucune notion de cette langue.
Vous proposez deux packs assez intéressants pour apprendre l’arabe littéral qui sont le PACK DILAP-LE et le PACK DILAP-SV.
Le premier pack moins cher me permet de perfectionner aussi l’écriture arabe alors que l’autre possède des exercices corrigés en plus ce qui justifie la différence de prix.
je vous avoue que je ne sais pas lequel choisir si ce n’est que je pencherai pour le plus cher me disant qu’il sera forcément plus complet mais si il n’y a pas l’ouvrage sur l’écriture est-ce vraiment le bon choix ?

Dans l’attente de votre réponse et vous en remerciant par avance
SalutationsRéponse:Bonjour Solen,
Merci de votre intérêt pour nos publications

Ce que nous vous recommandons, c’est de commencer par le PACK LE qui comprend l’écriture, – ce pack, jouit d’un énorme succès auprès de nos apprenants – , de le travailler paraléllement à Al-Manhaj, puis le moment venu d’acquérir le pack des 04 devoirs corrigés par correspondance.
Durant votre apprentissage , n’hésitez pas à nous contacter pour toute difficulté, nous sommes entièrement à votre disposition.
_______________________________________________________________________________________Question: lire et réciter le CoranBonjour,
Je serai interessé pour acheter l’une de vos méthodes d’apprentissage de l’arabe, en particulier afin de lire et de réciter Inchallah le Coran.
Je suis d’origine marocaine, et l’on a toujours parlé un mélange d’arabe marocain et de français.
Quelle méthode me conseillez vous ?
En vous remerciant et dans l’attente d’une réponse,
Taoufik
Réponse:

Bonjour, Taoufik.

D’après votre message, vous parlez déjà un dialecte arabe. C’est un énorme avantage par rapport à un francophone non dialectophone.
Votre but dans l’apprentissage de la langue arabe est de lire et de comprendre le coran, peut-être même le réciter ?
La langue arabe se parlait bien avant l’avénement du saint Coran. Le Coran est un texte complexe, transcrit dans une langue « ancienne » et puissante qui demande beaucoup de connaissances.
Dans un premier temps, il faut savoir rester modeste et acquérir des bases en lecture et écriture, pour lire et dire des âyât ( versets) simples. Une fois cette étape franchie il vous sera plus facile d’aborder l’étude de sourât plus longues et complexes.

Pour les outils, nous vous conseillons de travailler en parallaèle avec Al-Manhj littéral et le livre KITABA pour maîtriser l’écriture. Comme vous parlez le dialecte, vous n’êtes pas obligé dans un premier temps d’acquérir l’ouvrage avec le cd audio Al-Manhaj Dialectal. Vous verrez en fonction de vos compétences s’il y a lieu de l’acquérir plus tard.

Nous vous proposons de jeter un regard sur nos articles consacrés à « La lecture saine du Coran »:

Lire, écouter, comprendre le Coran

Pour une lecture saine du Coran (2) suite et fin

Cependant, si vous prenez notre méthode, n’hésitez pas à nous faire part de vos difficultés et questions pour réaliser votre projet, nous nous engageons à vous aider du mieux possible et gratuitement.

_________________

Question: quelle langue « intermédiaire?

(A propos de l’intervention d’un chercheur espagnol) – Décembre 2006

N’ayant pas pu poster directement sur votre forum, je vous envoie ma contribution par mail.

Simple enseignant à Lyon, , n’étant ni linguiste ni concepteur de méthodes, j’ai été fortement intéressé par le message de votre correspondant hispanique. Je m’intéresse depuis des années à cette fameuse langue intermédiaire dont il est question dans votre forum. De par ma profession , mais aussi par simple curiosité intellectuelle. Il est vrai qu’on assiste là à quelque chose d’original et de passionnant sur le plan de l’évolution d’une langue.

J’ai lu aussi avec beaucoup d’intérêt votre réponse. Dont je partage absolument tous les points de vue. Cependant, il y a me semble-t-il un aspect important que vous n’avez pas abordé: aussi j’ai souhaité apporter ma contribution au débat, si vous jugez mon intervention pertinente. (…)
Dans le phénomène extraordinaire et difficilement cernable qui fait qu’un natif puisse naviguer entre l’arabe dialectal et l’arabe littéral jusqu’à trouver son propre équilibre pour s’exprimer en « langue intermédiaire » compréhensible par tout arabophone un tant soit peu lettré, il y a quand même une logique, un fil conducteur qui permet de rendre l’opération possible. Ce dénominateur commun tient au fait que le locuteur se libère des contraintes du littéral en recourant à la syntaxe de son propre dialecte essentiellement. Pour les moments où la pensée exige des structures langagières plus élaborées, il « remonte » vers le littéral, jusqu’à approcher où même s’exprimer en « langue pure » selon les termes de votre correspondant.
Je veux dire que le socle sur lequel s’appuie fondamentalement notre interlocuteur, reste SON dialecte : ainsi on va le reconnaître s’il s’appuie sur du maghrébin
(lequel ?), de l’égyptien , du syro-libanais ou de l’irakien par exemple…(…)

Aussi , ma question est simple : sur la base de quel dialecte peut-on construire une langue intermédiaire qui puisse par la suite servir de matériau à la conception de méthodes ?
De deux choses l’une: ou l’on choisi un dialecte donné et donc on ne peut prétendre à une certaine « inter-arabité »,
ou l’on fait un mélange hasardeux de syntaxes dialectales d’un peu partout et on trompe les gens sur la marchandise.

Question: mon mari vous reproche de ne pas prononcer les voyelles finales (dans le CD)

Réponse:

Votre mari pratique ce que l’on appelle l’i’râb (déclinaisons). Nous avons à ce sujet un article sur notre site que nous lui conseillons vivement de lire afin que l’aide qu’il vous apporte soit plus efficace. L’arabe littéral, comme beaucoup d’autres langues connaît le phénomène des déclinaisons : c’est à dire que la fin des mots est instable en matière de voyelles, d’où les an , in , un que votre mari réalise en lisant les dialogues. Or en arabe, ces déclinaisons ne sont pas indispensables et alourdissent la tâche d’apprentissage. En arabe moderne, d’ailleurs plus personne ne les utilise: écoutez les télés et les radios arabes et vous verrez qu’ils parlent « comme nous dans le CD » ! Les déclinaisons sont pourtant abordées par Al Manhaj dès la séquence II. Elles sont introduites progressivement dans les séquences suivantes. Quant à la grammaire, nous avons essayé de lui apporter le plus grand soin. Vous le vérifierez tout au long de votre progression.

Question: phonétique: trop dur!

mail de Kévin A.

J’ai presque fini les 3 premières leçons de la séquence I d’Al Manhaj. Je n’ai pas encore abordé le chapitre grammaire. Mon problème c’est la phonétique.
J’ai presque parfaitement réussi les exercices phonétiques de la leçon 1, mais à partir de la leçon 2, j’ai loupé pratiquement un mot sur deux ! Est-ce normal ?

Réponse:

oui, tout à fait normal ! Dans la leçon 1, à part le hâ’, tous les autres phonèmes à l’étude existent dans la langue française et vous sont donc faliliers. Leçons 2 et 3 des phonèmes inexistants en français apparaissent. Ne vous étonnez pas si vous n’arrivez pas à les « discriminer » à l’oreille spontanément.. Ces exercices phonétiques ont été conçus justement pour vous faire sentir ler difficulté qu’il y a à percevoir ces sons typiques et à les distinguer d’autres qui leur ressemblent. L’affinement de vos capacités auditives viendra au fur et à mesure que vous travaillerez à l’aide de votre CD et que vous vous habituerez à entendre parler arabe.
Notre conseil : pour les exercices « ratés », laissez passer quelques jours et refaîtes les, vous verrez que ça ira mieux.

Question: sur le CD vous parlez trop vite!

Mail de Myriam L.

Je travaille avec Al-Manhaj depuis le mois de Décembre 2005. Je m’y adapte et ça marche pour moi. J’ai des amis qui connaissent l’arabe et ils vérifient ma progression. Un seul défaut à votre méthode que je reproche : les acteurs qui parlent dans le CD parlent trop vite et j’ai beaucoup de mal à les suivre. Il y a queqlques années, j’ai suivi une autre méthode d’arabe où les acteurs parlaient beaucoup plus lentement et j’étais plus à l’aise. Pouvez-vous faire quelque chose ? J’ai écouté le CD vers la fin, ça devient encore plus rapide!

Réponse:

La méthode que vous avez suivie représente -d’après vos dires – exactement ce qu’il faut éviter !! Apprendre une langue, c’est la prendre telle qu’elle est, à l’état naturel, telle que l’utilisent les locuteurs natifs. Un journaliste qui fait le journal télévisé va débiter son discours au rythme que lui impose sa rédaction, de même qu’un intervenant sur une radio va essayer de placer le maximum de choses pendant le temps restreint qui lui est accordé!
Les méthodes auxquelles vous faites allusion déforment le langage, le rendent artificiel et inéfficace en termes de communication. Sans compter que cela invite à la paresse au niveau de la perception auditive et de la prononciation !
Pour notre part , et pour Al Manhaj Niveau débutants, conscients des difficultés d’apprentissage chez les débutants complets non dialectophones, nous avons opté pour une voie médiane : des dialogues ou des textes débités de façon naturelle, ni trop vite, ni avec cette lenteur anormale qui caractérisent beaucoup de méthodes hélas!
A propos des « acteurs » : il s’agit en fait d’enseignants qui ont participé à l’enregistrement, donc des personnes très au fait de ces problèmes de rythme et de débits. Il n’a même pas été besoin de les briefer à ce sujet…

_______________

 Question: dans le bon sens ?

Mail de Rita S.
Votre ouvrage et le  corrigé des exercices s’ouvrent à l’envers!! Je ne sais pas si c’est un défaut de fabrication mais moi cela me gêne énormément. Chaque fois que je veux vérifier un exercice, je l’ouvre normalement et je tombe sur la séquence 5 la dernière) . Je ne sais pas si vous pouvez rectifier et m’envoyer un corrigé que je peux ouvrir dans le bon sens..

Réponse:

Non ce n’est pas du tout un défaut de fabrication mais bel et bien un choix de l’éditeur. La langue arabe s’écrit – vous l’avez compris – de droite à gauche ; les livres en arabe s’ouvrent par conséquent dans le sens de l’écriture, donc de la droite vers la gauche.
Pour Al Manhaj, livre de référence qui s’adresse à des débutants, nous avons choisi de l’ouvrir « à la française » pour ne pas trop déstabiliser l’apprenant en lui imposant un réflexe nouveau. Mais au niveau du corrigé, nous avons voulu rappeler la réalité et inviter l’apprenant à s’approprier ce réflex inévitable quand on fait de l’ arabe.
Al-Manhaj II, qui est en préparation, s’ouvrira d’ailleurs résolument dans le « sens arabe » .
Enfin, nous aimerions vous dire qu’en tant qu’enseignants, nous avons souvent droit, de la part de nos élèves à des remarques sur la « normalité » des choses (ils disent par exemple qu’en arabe c’est à l’envers). Pour nous , en langues, il n’y a pas de référence universelle, ni d’envers ni d’endroit : Chaque langue est dans sa propre logique . Mettre la marge du cahier et la date du jour à droite est en arabe tout à fait logique.

____________________

Question: une aide aux formateurs?

Mail reçu de Nadia F.
Je suis formatrice en arabe dans un centre de langue. Cette année j’ai choisi votre ouvrage pour former un groupe de 12 personnes. Je me rend compte que la méthode est en effet parfaitement adaptée à l’auto-apprentissage et cela m’aide beaucoup parceque mes stagiaires peuvent travailler chez eux en plus , selon un plan que je leur propose .
Mais le manuel ne donne pas un mode d’emploi pour les cours « présentiels », je veux dire quand un formateur est en présence de ses stagiaires. Puis-je éspérer une aide de votre part ?

Réponse:

Bien entendu. Cette aide aux formateurs est d’ailleurs comprise dans le « contrat » que propose Dilap aux formateurs et enseignants qui utilisent Al Manhaj. Il vous suffit de récenser les questions qui vous intéressent et de nous les adresser par mail. Des réponses personnalisées (conseils pédagogiques) vous seront transmises.

___________________________________________________________________________________________

Question: vous faîtes de la discrimination!!!

Mail reçu de Ahmed B.

Je suis professeur d’arabe. J’ai longtemps enseigné au Maroc , dans le secondaire mais aussi à l’université.
Je vis depuis 7 ans en France et je continues ma mission d’enseignant dans le secteur associatif où j’ai des étudiants de toutes origines et de tous milieux. Pour moi, ils sont tous pareils et je ne fais aucune distinctions entre les « européens » et les autres… Ils ont tous droit au même enseignement et aux mêmes égards.
Je voulais vous dire qu’en découvrant par hasard votre site, j’ai d’abord été choqué par le fait que vous adressez votre enseignement exclusivement aux « européens » !! Est-ce à dire que les millions de citoyens arabes et autres (je pense aux musulmans turcs et africains par exemple) qui vivent en France et ailleurs en Europe ne vous intéressent pas ?
Par ailleurs, je n’ai pas acquis votre ouvrage mais j’ai eu le loisir de le feuilleter à Expolangues : Quelle surprise!
L’ouvrage, trés français dans sa conception m’a rappelé la période coloniale! Tout ou presque – depuis l’introduction jusqu’aux consignes – est en français! La grammaire est en français , et dans une terminologie dont on se demande où vous avez trouvé les concepts! En terminant de feuilleter votre livre j’avais le sentiment désagréable qu’on pillait encore une fois cette pauvre langue qui est, faut-il vous le rappeler, la langue sacrée du Coran ?

Réponse:

Votre lettre , malheureusement, est entièrement basée sur une série de malentendus.
1- Pour nous, le terme « européens » concerne tous les citoyens qui vivent dans les pays de l’Europe d’aujourd’hui, sans distinction de nationalité, d’origine ou de religion.
2- Une grande partie des collaborateurs qui animent Dilap sont des enseignants qui ont autant de références que vous sinon plus. Ces collègues, travaillant dans le secondaire, les grandes écoles ou dans le supérieur, sont comme vous confrontés au même public hétérogène qui fait la France d’aujourd’hui et l’Europe de demain.
3- Notre distinction n’est d’ordre ni politique, ni idéologique, ni religieuse : elle est purement pédagogique : c’est clairement expliqué d’ailleurs sur notre site: on ne peut pas enseigner l’arabe en tant que « langue vivante étrangère » à un public européen comme si on était en pays arabe à enseigner la langue « nationale » à un public de dialectophones!
4- Le livre est en français, parcequ’il s’adresse à un public de débutants principalement francophones – nos jeunes élèves lycéens, même d’origine arabe le sont- ça paraît logique et on ne voit pas ce qu’il y a de colonial dans l’affaire!!
Malgrés votre remarque très vexante, nous refusons toute polémique inutile..
5- Simple question de bon sens : comment peut-on enseigner la grammaire – avec son métalangage incontournable – en arabe, à un public EUROPEEN – nous insistons – débutant, qui est là justement pour apprendre les rudiments de l’arabe dont il a immédiatement besoin en terme de communication? Nous laissons nos visiteurs témoins de cet échange. En pédagogie des langues, au délà des compétences techniques…il est tout simplement question de bon sens!!
5 – La langue arabe est certe la langue sacrée du Coran , mais elle n’est propriété ni des musulmans ni des arabes: c’est une langue universelle, véhicule d’une des plus grandes et plus belles cultures du monde. Justement, nous faisons tout pour la rendre disponible à tout un chacun ,européen ou non!

 

(55)