Littérature arabe classique et moderne: un panorama complet!

 

منشوراتنا على الخط

DILAP EDITION EN LIGNE


  Retrouvez nos différents articles concernant la littérature arabe

Résumés des articles proposés

  __________________________________________

        • Littérature arabe:
        • Le soufisme dans la culture arabe
        • Soufi. L’origine du mot est inconnue. Il existe plusieurs hypothèses à ce sujet, mais aucune n’a force de certitude. L’usage du mot ne s’est répandu qu’au deuxième siècle de l’Hégire (neuvième de l’ère chrétienne). Son sens a évolué au cours du temps. Il a d’abord désigné l’ascèse et la dévotion, avant de désigner le savoir « de l’intérieur » (isotérique). En effet, les chercheurs considèrent que la religion consiste en « extérieur » (exotérique) et « intérieur » (isotérique). L’exotérique est le respect des commandements de la chari’a, comprenant les actions et les rites cultuels, tandis que l’isotérique est une expérience spirituelle libre et sincère que recherche l’adepte.
        •  
        • Poésie anté-islamique: auteurs:
        • Les Arabes appellent cette période « Jâhiliyya » -Ignorance- du fait que l’on y ignorait l’existence d’un dieu unique ainsi que la religion monothéiste qui allait s’imposer définitivement par la suite. En effet, les tribus arabes de l’époque étaient polythéistes et adoraient notamment un Dieu quelles appelaient déjà Allâh, représenté sous forme de statues. Les arabes adoraient même des déesses dont notamment les célèbre al-Lât, al-‘Uzza et Manât, citées et fustigées par le Coran.
        •  
        • Découvrir L’Égypte à travers la littérature
        • Les Orphelins d’Alexandrie. Roman policier historique

        • J‘ai grandi dans l’Alexandrie des années soixante, dans un immeuble où on pouvait entendre parler cinq langues, plus s’il venait des visiteurs chez l’une ou l’autre des familles qui vivaient là. C’étaient les tout derniers feux de la fameuse Alexandrie cosmopolite qui continue de faire rêver. Depuis longtemps déjà on faisait en secret ses valises quand on avait la possibilité d’aller respirer un air plus libre et, disons-le, moins socialiste. On évitait de parler une autre langue que l’arabe dans le tramway, le pays étant entouré d’ennemis et infesté d’espions. Quelques années plus tard, les femmes cessèrent d’avoir des jambes et des cheveux, on ne connaissait plus de Juifs et on ne savait plus si le vieux d’en face était grec ou arménien. Alors certains d’entre nous ont ouvert de vieux albums de photos et y ont élu domicile parce qu’on s’y mouvait plus à l’aise.

          Littérature arabe classique : histoire et auteurs antéislamiques | Apprendre l’arabe avec DILAP
            • Les Arabes appellent cette période « Jâhiliyya » -Ignorance- du fait que l’on y ignorait l’existence d’un dieu unique ainsi que la religion monothéiste qui allait s’imposer définitivement par la suite. En effet, les tribus arabes de l’époque étaient polythéistes et adoraient notamment un Dieu quelles appelaient déjà Allâh, représenté sous forme de statues. Les arabes adoraient même des déesses dont notamment les célèbre al-Lât, al-‘Uzza et Manât, citées et fustigées par le Coran.

              A cette époque, la culture en Arabie était essentiellement orale. L’écrit, avec un support graphique très rudimentaire ne pouvait servir de véhicule à une culture déjà fortement enracinée, avec ses codes, ses exigences. La production « littéraire » se limitait en fait essentiellement à la poésie, déclamée oralement partout où se manifestait la vie : marché, champs de batailles, soirées conviviales, joutes oratoires entre poètes rivaux…

            • Littérature arabe médiévale: rareté des oeuvres de fiction
            • Globalement, Kalila et Dimna , le genre appelé maqâmât (séances), qu’on verra plus loin et les Mille et une Nuits sont les seules œuvres qu’on pourrait désigner de « fiction » au sens moderne du terme. Néanmoins, l’immense littérature médiévale est riche du point de vue des sujets abordés, souvent sans  » censure  » ni tabou. Le Kitab-al-Fihrist , oeuvre d’un libraire Baghdâdî , Ibn al-Nadim est un catalogue de tous les livres disponibles à la vente à Bagdad et il donne une fascinante vision d’ensemble de l’état de la littérature de cette époque. Une des formes de littérature les plus fréquentes durant la période des Abbassides fut -comme on l’a vu- la compilation. Il s’agissait de collections de faits, d’idées, de poèmes et d’histoires instructives traitant d’un seul thème à la fois et recouvrant des sujets aussi divers que la maison et le jardin, les femmes, les resquilleurs, les aveugles, la jalousie, les animaux et l’avarice. Les trois dernières de ces compilations furent écrites par al-Jahiz, un maître incontesté du genre.

              • Littérature arabe Andalouse (1)
              • بـاب قــبح المـعـصــية

                ابن حزم الأندلسي

              • ولقد أخبرني ثقة صدق من اخواني من اهل التمام في الفقه و الكلام والمعرفة وذو صلابة في دينه أنه أحب جارية نبيلة أديبة ذات جمال بارع ، قال : فعرضت لها فنفرت ثم عرضت فأبت فلم يزل الأمر يطول وحبها يزيد وهي صماء لا تطيع البتة الى أن حملني فرط حبي لها مع عمي الصبى على أن ندرت أني متى نلت منها مرادي أن أتوب الى الله توبة صادقة ، قال : فما مرت الأيام و الليالي حتى أذعنت  بعد شماس ونفار ، فقلت له : أبا فلان وفيت بعهدك ؟ فقال : أي : والله … فضحت  

              • Traduction de Gabriel Gomez-Gros
              • Littérature arabe Andalouse  (2)
            • Propos sur l’essence de l’amour

              والحب أعزك الله داء عياء و فيه الدواء منه على قدر المعاناة و سقام مستلذ و علة مشتهاة لا يريد سليمها البرء ولا يتمنى عليلها الإفاقة يزين للمرء ما كان يأنف منه و يسهل عليه ما كان يصعب عنده حتى يحيل الطبائع المركبة و الجبلة المخلوقة . خبر ، ولقد علمت فتى من بعض معارفي وقد وحل في الحب و تورط في حبائله و أضر به الوجد و أنضبه الدنف و ما كانت نفسه تطيب بالدعاء الى الله عز وجل في كشف ما به ولا ينطلق به لسانه ومان دعاؤه الا بالوصل و التمكن ممن يحب على عظيم بلائه و طويل همه فما الظن بسقيم لا يريد فقد سقمه و لقد جالسته يوما فرأيت من أكبابه و سوء حاله و إطراقه ما ساءني فقلت له في بعض قولي : فرج الله عنك فرأيت أثر الكراهية في وجهه وفي مثله أقول من كلمة طويلة :

            •  

              واستلذ بلائي فيك يا أملي          و لست عنك مدى الأيام أنصرف

              ان قيل تتسلى عن مودته         فما جوابي الا السلام و الألفة

              Traduit par Gabriel Martinez-Gros

              • Littérature Arabe & Française
              • Aujourd’hui, Le Fou d’Elsa reste un poème d’une extraordinaire actualité. Il développe un système de valeurs propice à la coexistence respectueuse et mutuellement enrichissante des civilisations.C’est dans Le Fou d’Elsa que Louis Aragon mentionne, à deux reprises, que « L’avenir de l’homme est la femme », qui deviendra une célèbre maxime et (après une inversion de l’ordre des mots) le titre de la chanson de Jean Ferrat La femme est l’avenir de l’homme.Le titre du Fou d’Elsa est une référence à l’histoire de Majnoun et Leila, « majnoun » signifiant « fou » en arabe. Aragon réinvente en effet l’histoire de Majnoun et Leila, transposée à Grenade, mais aussi entre les siècles, puisque Keïs Ibn-Amir An-Nadjidî, le nouveau Medjnoûn, rêve d’une Elsa du futur, et dans ses visions invoque également Federico García Lorca, Don Quichotte, Moïse Maïmonide, Averroès…
              •  
      • Littérature arabe amoureuse. Soyouti (1)
      • Dans ces « Nuits de Noces », l’auteur, ‘Abd al-Rahmân al-Souyoûti (1445-1505) fait parler une vingtaine de personnages qui décrivent chacun sa première Nuit de Noces au cours d’une brillante improvisation. Chacun fait intervenir des images familières, et en même temps que les péripéties d’une nuit d’amour, surgit tout ce qui constitue la personnalité humaine avec toutes ses nuances : le métier même du narrateur y apparaît.

        Un commentaire érotique suit ce véritable feu d’artifice. Nous trouvons des mots de caractère, des anecdotes typiques, une étude médicale de la « matière » érotique, des conseils pour cultiver sagement le plaisir permis, qui peut même, d’après l’auteur, contribuer à la l’édification d’une bonne piété chez le croyant fidèle. A cela s’ajoute les poèmes érotiques de la littérature arabe et le tout constitue un bouquet varié et délicat.

      • Littérature arabe aoureuse . Soyouti (2)
      • Au mathématicien succéda l’ « astronome », 17ème orateur de la série.

        ·  Il s’exprima en ces termes :

        ·  Lorsque eut lieu la rencontre et que se révéla excellent le confluent, se développèrent devant mes yeux un mou et un arrière semblables à un tas de sables amoncelés , sans souillure, puis un « kouss » pourvu d’une terrasse plate qui pouvait passer pour le globe lunaire, avec, des lèvres comme une circonférence ou plutôt comme deux arcs, sous-tendus par une même corde.

        ·  Ceci est le pilier de cette sphère. Son travail consistera dans la transformation de ce cercle en carré. Commence à l’introduire dans mon huis et joins sa ligne droite avec la ligne courbe de ma lèvre.

        ·  Je provoquai l’éclipse du bout de la queue et le conduisis à son piédestal comme un sabre qui fonce , puis je déclarai :

        ·  Il n’y a pas de honte à être conjoint par lui. Voilà comment a lieu l’éclipse du bout , à l’extrémité d’un astre.

      • Littérature amoureuse maghrébine
      • La Prairie Parfumée

        Cheikh Nefzaoui , aussi connu sous le nom de Umar ibn Muḥammad al-Nefzaoui ou Muḥammad ibn Muḥammad al-Nafzawi, est un auteur qui s’est spécialisé dans l’érotologie en en faisant une science à part entière et dans le but d’apporter santé et bonheur à ses concitoyens. A prtir du 15ème siècle.. Il serait né dans la tribu berbère des Nefzaouas, d’où son nom (nisba), dans le sud de l’actuelle Tunisie.

        Aux alentours de l’année 1420, , il rédige, à la demande du souverain Hafside (1) de Tunis Abû Fâris `Abd al-`Azîz al-Mutawakkil, La Prairie parfumée où s’ébattent les plaisirs (الروض العاطر في نزهة الخاطر) plus communément appelé La Prairie Parfumée. Ce livre est un manuel d’érotisme où tout ce qui concerne les rapports amoureux et l’acte sexuel est savamment répertorié.

        Cet ouvrage jouit d’une réputation établie dans l’ensemble du monde arabe semblable à celle qui fait la notoriété des 1001 Nuits avec en plus l’aura du Cheikh et du savant. Nefzaoui dit n’éprouver aucune honte lorsqu’il s’agit de transmettre aux jeunes générations une éducation sexuelle fiable.

      • https://dilap.com/litterature-maghrebine-dexpression-francaise/
      • La littérature maghrébine francophone est une littérature d’ expression française née durant la colonisation dans les trois pays. Elle est le fait d’auteurs majoritairement dialectophones ayant été amenés à s’exprimer par écrit en langue française, le plus souvent faute de maîtriser suffisamment l’arabe dit classique.

        Si ses problématiques et ses enjeux s’inspirent du contexte colonial dans la première moitié du xxe siècle, avec une évolution de l’ exotisme vers des textes anticoloniaux, elle prend véritablement son essor avec les indépendances.

        Travaillée par les tensions sociales et politiques qui traversent les trois pays, la littérature maghrébine d’expression française, pendant toute la seconde moitié du xxe siècle, s’interroge essentiellement sur les thèmes du pouvoir autoritaire, de l’identité déchirée, de l’immigration ou encore du poids de la religion et du conflit entre la modernité et la tradition.

      • La Maqama ou prose littéraire
      • Le genre maqâma (une forme intermédiaire de prose rimée), ne dépasse pas seulement l’opposition entre prose et poésie : elle est aussi une voie intermédiaire entre les genres fictionnel et non fictionnel. En dehors des séries de courts récits qui sont des fictions tirées de situations de la vie réelle, d’autres thèmes sont envisagés. Un exemple célèbre est la Maqâma sur le musc, qui se présente comme une comparaison des caractéristiques de différents parfums, mais qui est en fait une satire politique masquée faisant la comparaison entre plusieurs souverains concurrents.
      •  
      • Les amphores de Salomon: oeuvre littéraire fictionnelle
      • Il y a comparativement peu de fiction en prose dans la littérature arabe classique, bien que de nombreuses œuvres non-fictionnelles contiennent de courtes histoires. Une large proportion de celles-ci ont probablement été inventées de toutes pièces ou embellies. Les contes des Mille et Une Nuits, qui sont parmi les plus connus de la littérature arabe et qui ont toujours un impact important sur les idées que les non-Arabes ont de la culture arabe, constituent cependant une exception notable à l’absence de fiction. Bien que considérés comme d’origine arabe, ils furent en fait développés à partir d’œuvres persanes, et les histoires elle-même ont peut-être des racines en Inde.
      •  
      • Biographies, chroniques et récits de voyages. Ibn Battouta
      • En dehors des premières biographies de Mahomet, le premier biographe majeur à approfondir des personnages plutôt que de se limiter à la rédaction d’hymnes de louange fut al-Baladhuri qui, avec son Kitab ansab al-ashraf ou  » Livre des généalogies des nobles « , présente une véritable collection de biographies. Un autre dictionnaire biographique important fut commencé par ibn Khallikan puis complété par al-Safadi. Enfin le Kitab al-I’tibar, qui nous relate la vie de Usamah ibn Munqidh et son expérience des batailles des croisades, constitua une des premières autobiographies d’importance.
      •  
      • Déclin de la littérature arabe classique
      • L‘expansion des populations arabes aux VIIe et VIIIe siècles les firent entrer en contact avec une variété de peuples différents qui ont, peu à peu, influencé leur culture. L’ancienne civilisation perse fut, de toutes, celle qui eu l’impact le plus important sur la littérature arabe. La Perse aimait toujours à se considérer comme la quintessence de la culture islamique en dépit de la régression de son influence depuis plusieurs siècles.  »
      •  
      • Les Mille et une Nuits: les contes méconnus
      • Pour une majorité de nos compatriotes Français , les 1001 et NUITS se résument à Aladin, le Génie qui sort de sa lampe, les tapis volants … et Ali Baba et les 40 voleurs ! Qui n’est même pas selon les spécialistes un conte des 1001 et Nuits , mais un conte populaire égyptien , rendu célèbre par le cinéma

        Les 1001 Nuits , comme leur nom l’indique fourmillent de mille et une histoires toutes aussi merveilleuses les unes que les autres , avec des personnages -femmes et hommes- aussi prodigieux que le sympathique Aladin mais  resté(es) malheureusement inconnus (es) du moins par le public occidental. Ce sont ces aspects que nous aimerions vous faire découvrir et partager le plaisir avec vous .

      • La Fontaine, Ibn al Muqaffa & Esope
      • Lorsque nous avions publié une première fois cet article sur notre page qui en était à ses débuts Nous ne nous attendions pas à ce que le sujet puisse susciter un tel intérêt. De nombreux internautes avaient réagit en y apportant leurs propres contributions. Nous ne résistons pas à l’envie de partager quelques unes de leurs interventions…
      • Maisonnas Jean-Pierre: Ésope était grec et esclave. Il est l’auteur de nombreuses fables dont on admet généralement qu’elles ont inspiré La Fontaine (mes souvenirs de grec sont anciens) Probablement vehiculait- il comme la mythologie (la fable est une histoire ) des concepts bien plus anciens qui tiennent à la cosmogonie et la théogonie. Un autre groupe de langues : hungaro éoliennes Pour le basque on le rattache parfois à la Crimée

        Jean-Joseph Wortman:Vous passez sous silence Les fables de l’esclave Esope … qui était un esclave hébreu nommé Asaf !!

        dilap.com: Nous ne l’avons pas du tout passé sous silence : nous ignorions totalement cet épisode de la culture universelle « fabulaire ». Si vous voulez bien nous éclairer, vous contribuerez de façon constructive au développement du thème pour le plus grand bonheur de notre équipe et surtout de tous les internautes qui nous suivent jusqu’à présent avec bienveillance et intérêt réel pour notre démarche purement à vocation culturelle et dans un seul but : le « vivre ensemble » et le partage de la culture…en général.

 
 
 
 
 

(205)